[Acné] Roaccutane : le bilan, un an après

18.8.16



Bonjour mes peaux de pêche,

Voilà un article que je repousse depuis un moment. A chaque fois que j'ai eu l'intention de m'y mettre, j'échouais immanquablement dans un dérivatif procrastinationnel (j'ai mangé un psychiatre au petit-déjeuner). Pourquoi ? D'abord, parce qu'il est toujours un peu pénible pour moi de replonger dans cette période horrible d'acné, alors qu'aujourd'hui, j'en suis sortie. ATTENTION, pas sortie pour toujours, pour de bon, tout ça, non. Je ne considère absolument pas avoir vaincu mon acné, mais l'avoir mise en sursis, en retombant dans de vieilles méthodes déjà éprouvées et dont je ne voulais plus. Ensuite, parce que mes articles sur l'acné (les plus lus du blog) entraînent à chaque fois une foule de commentaires, de mails, avec leurs lots de témoignages souvent douloureux, et de conseils divers et variés. Qu'on ne se trompe pas : j'aime évidement recevoir des réactions, c'est le principe d'un blog, d'autant qu'elles sont le plus souvent adorables et me filent la banane. Mais cela me demande une petite préparation psychologique pour accueillir et répondre à chaque fois à ce mini raz-de-marée.

Pour celles et ceux qui arrivent ici par les hasards d'un moteur de recherche (1- bienvenue ; 2- vous n'êtes pas seul dans cet enfer), voici les articles qui récapitulent mon histoire avec l'acné : L'acné, mon enfer depuis dix ansComment je vis au quotidien avec mon acné, J'ai testé AcnEaseMon vrai visageAcné : d'où elle vient et pourquoi j'ai choisi de reprendre Roaccutane.

Et pour que vous compreniez bien de quoi on parle, j'ai décidé de publier en exclusivité (tadam !) une photo de mon état il y a deux ans (éloignez les enfants) :

Bouh, elle a l'air triste la dame.

Cette grosse crise d'acné a eu lieu en 2014. Après avoir tenté plein de trucs pour m'en débarrasser, avoir troué mon porte-monnaie et m'être rendu compte que les gros boutons dégueus gagnaient toujours plus la bataille, j'ai finalement cédé au chant des sirènes, qui prenaient la forme de grosses gélules salvatrices de Roaccutane (alias Curacné), en octobre 2014. C'était ma troisième cure et elle a, comme les autres, parfaitement fonctionné. Je l'ai terminée il y a en réalité plus d'un an (oui, je vous mens dans le titre) : c'était il y a un an et quatre mois et demi, fin mars 2015. Mais les photos qui montrent ma peau telle qu'elle est à présent ont vraiment été prises un an après, au printemps 2016. Puis j'ai mis mon blog en pause, et cet article a pris du retard.

Je reçois beaucoup de questions sur l'après-Roaccutane. Je vais donc tâcher d'y répondre. Je rappelle avant tout que je ne suis pas médecin, et que tout ce que je raconte relève de mon expérience personnelle.

L'acné est-elle revenue après ma troisième cure de Roaccutane ?


Hélas, oui. Quelques boutons isolés ont fait leur apparition dans les mois qui ont suivi (Saleté). Mais c'est en décembre dernier, soit neuf mois après l'arrêt de la cure, que j'ai commencé à avoir plusieurs boutons en même temps sur le visage. Ni une ni deux, j'ai couru chez ma dermatologue, nullement désireuse d'affronter à nouveau ce cauchemar. Je savais très bien qu'elle n'aurait pas de solution miracle à me proposer mais honnêtement, je m'en fichais. A cette période-là, je voulais juste endiguer cette rechute par tous les moyens. Et c'est comme ça que j'ai refait une énième cure d'antibiotiques de trois mois, et que j'ai repris ma vieille amie, la pilule anti-acné controversée, Diane 35.

Quel est mon traitement actuel ?

Actuellement, je ne prends plus que Diane 35. La cure d'antibio a bien marché. Et depuis son arrêt, fin mars, je n'ai rien à déclarer. Sans doute grâce à la pilule... Il y a quelques années, elle ne suffisait plus alors j'avais dû prendre Androcur en plus, un traitement hormonal. Mais pour l'instant, Diane a l'air de faire son job. Au printemps, pour maximiser mes chances, j'ai aussi fait une cure de plantes en gélules : de la bardane et de la pensée sauvage, réputées bénéfiques contre l'acné.


Petite parenthèse : j'ai commandé ces gélules sur le site 1001pharmacies, qui m'a proposé un partenariat. Ce site est très pratique et très achalandé, c'est une méga parapharmacie en ligne où de véritables pharmacies et des laboratoires vendent tout un tas de produits de santé, mais aussi de beauté, de fitness, de maquillage, des huiles essentielles, des produits vétérinaires... J'ai donc choisi ces compléments alimentaires à base de plantes, pour environ 15 € chaque pot de 200 gélules, ce qui me faisait trois mois de cure. Ils m'ont été envoyés par une pharmacie de Saint-Jean-de-Luz. Seulement, il est difficile d'en évaluer l'efficacité car je prenais en même temps la pilule. En tout cas, ça ne peut pas m'avoir fait de mal...

Est-ce qu'il me reste des cicatrices ?


Ah, cette question-là vous préoccupe beaucoup ! J'avais une acné très sévère, nodulo-kystique. Ma peau a souffert terriblement, et je savais qu'elle ne serait plus jamais la même. Oui, j'ai des cicatrices, des petites marques rouges, des creux, sur les joues et le front. Elles s'estompent doucement avec le temps. Elles ne partiront sans doute jamais totalement. Mais je vis très bien avec. Elles font partie de moi, de mon histoire, et je ne les remarque même plus. J'ai décidé ne pas faire de laser ou de chirurgie quelconque. J'ai juste attendu que le temps fasse son oeuvre. J'ai appliqué pendant quelques mois, tous les soirs, la pommade Cicaplast de La Roche Posay, peut-être qu'elle a aidé un peu mais c'est difficile à mesurer.


Ma peau sans maquillage, un an après Roaccutane.

Je ne vais pas mentir : parfois, quand je tombe sur de vieilles photos de l'époque où j'avais une peau parfaite, avant cette dernière crise qui a tout ravagé, cela me fait un pincement au cœur. Je sais que ma peau ne sera jamais une "belle" peau. Et alors ? Il y a pire dans la vie. Tant que je n'ai pas de boutons, je suis heureuse. Je publie ces photos aussi pour rassurer ceux qui traversent aujourd'hui une crise d'acné et craignent d'en garder des séquelles. A moins que cela ne vous rassure pas du tout, au contraire ? Dites-moi.

Le maquillage permet de bien atténuer les cicatrices. J'adore le fond de teint minéral Accord parfait de l'Oréal, que je trouve discret, couvrant et naturel. Les fonds de teint minéraux sont dépourvus de silicone et contiennent du zinc, bénéfique pour la peau. Et ils ne sont pas comédogènes. Quand j'ai envie de faire vite, je porte simplement une BB crème de la marque coréenne Erborian : elle camoufle moins les cicatrices mais fait un teint frais et naturel.

Avec la BB crème Erborian : 


Avec le fond de teint Accord parfait de l'Oréal :

(Et un peu de mascara, t'as vu.)

Ai-je trouvé LA solution contre mon acné ?


Malheureusement, non. J'ai parfaitement conscience que la pilule est une fausse solution contre l'acné, et que le jour où je l'arrêterai, ça risque fort d'être le bordel à nouveau. Je vous recommande cette vidéo de la youtubeuse (géniale) Solange te parle, "Acné vs pilule, ou comment j'ai ingéré une bombe à retardement", qui résume bien, je crois, la situation dans laquelle se trouvent beaucoup de femmes qui, ô, surprise, se retrouvent avec de l'acné quand elles arrêtent de prendre ce fichu comprimé, quand bien même elles n'en avaient jamais eu à l'adolescence. C'est pourquoi je ne considère pas ma situation réglée.

Mais alors d'où vient l'acné et que faire ?


Dans mon cas, l'acné est due à un dérèglement hormonal. Des examens sanguins ont révélé que j'avais un taux plus élevé que la normale d'androgènes, des "hormones mâles", parmi lesquelles on connaît bien la testostérone. Toutes les femmes en ont en petites quantités. Ce dérèglement peut avoir plusieurs conséquences chez les femmes : une pilosité excessive, une chute de cheveux ou bien... de l'acné. Oui mais pourquoi ? Mystère. La faute à pas de bol. A moins que je ne sois directement responsable de cette situation en me nourrissant mal. En effet, on m'a beaucoup conseillé de modifier mon alimentation. J'ai en tête le commentaire un peu rude d'une naturopathe m'expliquant que je me croyais victime de l'acné, alors qu'en fait, j'en étais responsable. C'est difficile à encaisser : non seulement on souffre, mais en plus, il faudrait culpabiliser, on fait tout de travers, c'est de notre faute ! On l'a bien cherché, en somme. Alors que d'autres femmes ont une belle beau sans rien faire de spécial. Désolée mais si, il y a quand même une part d'injustice là-dedans.

Ce panda n'a pas d'acné, pourquoi ?

Mais alors pourquoi je ne change pas mon alimentation ?


Je me suis beaucoup renseignée sur le sujet et voilà ce que j'ai compris (attention hein, je ne suis pas docteur !). Il semble en effet que le sucre soit un facteur d'acné, car il stimule la production d'insuline, qui favorise un taux élevé d'androgènes. Ces dernières stimulent la sécrétion de sébum, qui entraîne une inflammation des cellules et des bactéries responsables de l'acné. Pour peu que l'on ait une faible résistance à l'insuline, banco. Tenez, voici un article qui explique ce cercle vicieux. Il faudrait donc bannir tous les aliments à index glycémique élevé, mais aussi les produits laitiers (qui contiennent des hormones), voire le gluten, et bien sûr l'alimentation industrielle... Bref, beaucoup de choses. J'ai lu des témoignages de personnes pour qui ce régime a été efficace, moyennement efficace ou pas efficace. Je n'ai pas testé moi-même. J'ai mis longtemps à l'assumer, mais voilà : je n'en ai pas le courage, ni l'envie. Mon rythme de vie est déjà compliqué sans que je ne me rajoute ces contraintes alimentaires. Oui, je sais, quand on veut, on peut, il suffit de s'organiser... Mais pour l'instant, cela ne me convient pas.

Et puis je suis une vraie gourmande, amatrice de sucre, certes, quoique dans des proportions que je juge raisonnables. J'essaie de cuisiner des choses saines quand j'en ai le temps, mais ce n'est pas tous les jours. Je fais comme je peux, mais il est évident que je suis loin de ce régime anti-acné préconisé partout sur le web (car bizarrement, les dermatos ne voient pas le rapport). Alors pour l'instant, je me réfugie dans ma petite solution facile, qui me permet de ne pas me poser de questions : la pilule. Mais je garde tout ça dans un coin de ma tête. Car un jour, je n'aurai peut-être pas d'autre choix que de revoir pour de bon mon alimentation.

Et psychologiquement, ça se passe comment ?


Pardon.

Il est certain que je me sens beaucoup mieux sans boutons. Prétendre le contraire serait absurde, malgré tous les messages positifs que j'ai envoyé dans mes différents articles, sur l'estime de soi, etc. (et auxquels je crois profondément). Vivre sa vie normalement, être au contact des gens, sortir dans la rue, s'engager dans une relation intime quand on a de l'acné demande une sacrée force psychologique. C'est un combat avec soi-même pour ne pas laisser l'acné nous enfermer, nous déprimer, nous couper des autres. Il faut se faire violence.

Quelle liberté de ne plus subir cela ! Mais au fond, l'acné n'est jamais loin. J'y pense chaque jour, quand je vois mes cicatrices dans le miroir ou en photo. J'y pense dès qu'un micro-bouton pointe son nez (ça arrive de temps à autre). J'y pense en avalant ma pilule tous les soirs, en me disant "quelle lâche, vire-moi plutôt ce sucre du placard". J'ai la trouille que ça recommence. Un jour viendra où j'arrêterai la pilule pour une bonne raison et ce jour-là, je serai terrorisée. D'ici là, chaque jour en paix est un jour gagné...

Voilà, je suis arrivée au bout de cet article-marathon que je redoutais tant. Soulagée mais un peu stressée d'avoir vos réactions. L'avez-vous lu jusqu'au bout ? Y avez-vous trouvé des réponses ? N'hésitez pas à commenter (je suis prête ;)) et à me poser d'autres questions, j'essaierai de vous répondre au mieux.

You Might Also Like

51 commentaires

  1. Hello :)

    Merci pour cet article, je te trouve super courageuse de parler de ça avec autant de franchise, j'ai fait 2 cures de roaccutane et je l'ai tjs caché... même à mon mec, c'est dire. Débile je sais.
    En tout cas pour la 2eme, ma dermato m'a certifié que c'était mon changement de pilule qui a relancé la machine infernale, d'après elle je dois rester sur la pilule qu'elle m'a prescrit (30e minimum la boite sans remboursement of course sinon c'est pas drôle, Triafemi pour info), ne jamais en changer... et que le jour où je voudrai l'arrêter... ben bon courage. Bisous et merci pour ton témoignage !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire ! Boh, ça ne me fait (presque) plus bizarre d'en parler aussi directement que ça, car j'ai déjà fait plusieurs articles et je me suis rendu compte que nous étions très nombreuses à vivre des situations similaires. J'espère pouvoir apporter un peu de réconfort :) Alala, quelle galère, ces pilules, ces hormones... Bon courage à toi, bisous !

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup aimé cet article et surtout le panda...

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cet article ! Tu exprimes bien tout ce qu'on ressent quand on a ces satanés boutons. J'adore tes textes, ça fait bien du bien d'en rire, je te comprends pour le changement d'alimentation. On a déjà tellement modifié ses habitudes si en plus on rajoute un nouveau régime alimentaire, il faudrait être au chômage pour s'occuper de son acné tellement il faut tout contrôler ! Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, être au chômage pour s'occuper de son acné, je la note celle-là ! Merci pour ton petit mot !

      Supprimer
  4. Félicitations pour ton honnêteté. Je sais que ce n'est pas facile. Moi c'est pas les boutons mais les tâches du au soleil qui me complexent. Vive les peaux mates. Je suis par contre 100% pro alimentation. Les dermato et autres médecins n'y connaissent rien. Eux ils donnent des médicaments qui arrêtent les symptômes mais ne cherchent jamais à comprendre la cause du truc. Un jour peut être tu aura la motiv ou le temps pour t'y mettre. Si on met de l'essence pourrie dans une voiture, c'est sûr elle va déconner.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Mawa Jane, j'ai découvert tes articles il y a quelques mois, et en effet c'est assez réconfortant (et à la fois flippant) de se rendre compte que l'on n'est pas du tout seul à dépérir psychologiquement de l'acné.. merci.
    De mon côté j'ai arrêté le sucre et ça fait un peu d'effet, mais seulement un peu, du coup je pense faire roaccutane.
    La raison pour laquelle je ne l'ai pas encore fait est la peur des effets secondaires au niveau du foie (j'ai trouvé de tout sur internet) et de la sécheresse de peau (j'ai déjà du psoriasis, ma peau fait un peu de tout..). Est ce qu'un médecin t'a parlé de problèmes que pouvaient causer roaccutane de ce côté là? Est ce que tu as trouvé des infos quelque part? Je ne veux plus prendre des médicaments qui font prendre des médicaments qui font prendre..etc.
    Merci en tous cas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour :) J'ai fait trois cures de Roaccutane en huit ans. Je n'ai eu aucun effet secondaire grave. Le seul que j'ai subi, c'est la peau sèche, et cela se gère avec des produits adaptés. Les effets secondaires se sont arrêtés car j'ai fini la cure, je n'ai gardé aucune séquelle. Mais bien entendu, c'est juste mon expérience personnelle et je ne peux garantir qu'il en sera de même pour tout le monde. De toute façon, avant de commencer le traitement, le dermatologue doit te faire signer une feuille qui te présente les risques, et tu peux aussi trouver toute la notice détaillée ici : http://agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=69164379&typedoc=N&ref=N0256869.htm
      Oui, ça fait peur vu comme ça, mais la plupart des effets secondaires importants sont très minoritaires. De plus, on est bien suivi durant toute la durée de la cure, avec une prise de sang et un rdv obligatoire chez le dermato tous les mois.
      Le mieux serait d'en parler à ton médecin :) Bon courage !

      Supprimer
    2. Comme j'ai aussi pris du Curacné pendant 6 mois, et que j'ai eu quelques effets secondaires, je pense que ça pourrait être intéressant que je livre les quelques péripéties qui me sont arrivées.
      - j'ai moi-même eu les muqueuses (comme i'disent) très sèches. Mes lèvres étaient mille de gercer (alors que ça n'a jamais été un problème), et même lorsque je voulais pleurer à la fin d'un film triste, y avait rien qui sortait (c'est-dire). ça doit faire 2 ans que j'ai fini le traitement, mais mes lèvres sont toujours sèche par contre.
      - J'ai continué à faire du sport avec beaucoup (un peu trop de motivation peut-être). Du coup, c'est vrai que mes articulations ont souffert le martyr. Le lendemain, je pouvais vraiment plus bouger, trop fatiguée (ou trop flemmarde ?). J'ai eu des douleurs que je n'avais jamais ressentie avant. Et je dois avouer que ça continue encore un peu maintenant. Surtout en été (bon, je sais pas si c'est à cause de la chaleur mêlée à ma nonchalance). Mais en été, j'ai toujours des courbatures inexpliquées. Je sais que c'est dû à ma prise de Curacné. Parait qu'il faut réduire sa "consommation de sport" mais rester enfermer c'était pas pour moi.
      - Rah, en y repensant, je me souviens aussi que durant la prise de Curacné, je dirais que ça a exacerbé certains traits de ma personnalité. Je suis introvertie de base, mais là, même moi je me trouvais trop dure avec mes camarades de classe. J'étais lunatique, hyper à fleur de peau (à pleurer pour un exposé que je n'arrivais pas à réciter, sans que les larmes coulent, don't forget). J'étais vraiment devenue émotive ! Mais d'un autre côté, je me suis remise à vivre, à aimer la vie, à être plus en phase avec moi-même (incohérence, bonjour !)
      Tout ça pour dire, que les effets secondaires, ça n'a pas été une partie de plaisir dans mon cas (surtout avec la poussée des premiers mois, une vraie télécommande). Mais maintenant ça va un peu mieux ;) Alors, oui, durant plus de 4 ans, j'ai refusé de faire le traitement à cause de ce que j'avais pu lire sur les forums. Mais chacun est différent, et la souffrance qui est la nôtre est indescriptible et indélébile. Alors pourquoi ne pas tenter ? Tu n'y perds rien au change

      Supprimer
  6. Coucou Mawa Jane,
    Merci beaucoup pour ta franchise, ta sincérité et cet article très bien renseignée sur le sujet. J’ai également cédé au chant des sirènes après des antibiotiques et crèmes en tout genre… Ma dermato m’agitait Roaccutane comme une cloche sous le nez depuis 6 ans… A 23 ans, j’ai sauté le pas avec toutes les peurs et craintes qui en découlent. J’ai une acné hormonale et comme toi, on m’avait prescrit de l’androcur et Diane 35 que je n’ai jamais pris par peur également des effets secondaires.. Je me suis contentée du Curacné et je viens de finir mon traitement il y a un mois et quelques : je revis ! Quelques petits imperfections et notamment des petits boutons sous peau mais rien d’inesthétique :D D’ailleurs si tu as des conseils à ce propos ou un produit à conseiller : je suis preneuse !
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ! Merci à toi pour ton gentil commentaire et ton témoignage. C'est vrai que Roaccutane arrive comme une libération quand plus rien n'y a fait, même si ce traitement fait l'objet de critiques. Je suis ravie de voir qu'il a été efficace et je te souhaite de conserver une belle peau. Pour les petits boutons, je n'ai pas de remède particulier, j'applique parfois une crème Effaclar duo de La Roche Posay mais je ne sais pas si ça pourra "sécher" le bouton s'il est sous la peau.
      Bisous

      Supprimer
  7. Hello Mawajane, j'ai pu lire chacun de tes articles avec attention et je me reconnais beaucoup dans tes descriptions. C'est quelque chose que je "subis" depuis des années aussi et j'arrive parfois à le vivre tellement mal que je préfère rester enfermer à la maison plutôt que de sortir. Ça ne m'avance à rien car je m'en veux de m'arrêter de vivre à cause de ces boutons et surtout ces cicatrices que je n'ose même plus regarder dans le miroir. Il y a tout de même des jours où on arrive à vivre avec mais cela reste très difficile. Lire tes articles me montrent que je ne suis pas seule, tu es un vrai rayon de soleil.

    Merci pour ton témoignage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Ne laisse pas l'acné te pourrir la vie. Peut-être y a-t-il une solution pour toi. Dis-toi que tes boutons et tes cicatrices ne changent rien, au fond, c'est dans la tête. Courage !

      Supprimer
  8. Hello la belle, bravo pour cet article hyper détaillé et bravo pour ton courage surtout ! Nous sommes tous inégaux malheureusement, face à l'acné, la nourriture, le poids, etc. Pour ma part, je n'ai pas une peau parfaite mais je suis heureuse que ce soit un peu calmé avec l'âge, le tout sans trop de médicaments. Finalement, à chaque fois que je fais une cure de médicaments, j'ai une peau parfaite mais le retour à la réalité est plus rude puis j'en ai un peu marre d'ingérer tous ces médicaments. Ce qui me sauve, c'est la patience et le temps, j'ai appris à avoir une routine qui me convient (et tant pis si elle ne plaît pas toujours aux dermato !), je ne décape pas trop, j'hydrate énormément, je bois beaucoup d'eau et j'avoue que si je n'abuse pas avec tout ce qui est industriel, ça aide ma peau à mieux se porter, mais je suppose que c'est variable d'une personne à une autre :) Les cicatrices par contre, rien à faire, je mets du Cicalfate, ça aide parfois, mais sur certaines j'ai l'impression que ça ne fait rien... mais pas le courage de passer au laser après tous ces moments difficiles ! Je t'envoie de gros bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ! Merci pour ton témoignage. Qui semble bien indiquer que la nourriture a un impact... Heureuse que tu aies trouvé un équilibre, sans prendre de médicaments. Bisous !

      Supprimer
  9. Je te souhaite de trouver une solution alternative, peut-être l'alimentation.
    Pilule, roaccutane, ça fait les choux gras des visiteurs médicaux, labos, dermatos sur fond de détresse et perte d'estime de soi.
    Un jour il y aura une revanche mais au détriment de la santé des patients.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que ça fait les choux gras, mais je t'avoue que cela t'importe peu quand tu cherches une solution et que tu es désespérée. De plus, je considère quand même la pilule et Roaccutane comme des choses bénéfiques de la médecine, même si comme tout, ce n'est pas parfait, avec son lot d'inconvénients. Reste à mesurer l'équilibre avantages/inconvénient et à se faire son idée personnelle.

      Supprimer
  10. C'est bien que ça aille pour toi psychologiquement, mais ce médicament est extrêmement dangereux, sur toi, il faut croire qu'il n'y a pas d'effet négatifs sur toi, mais il aurait été prudent que tu mentionne au moins ces effets qui peuvent survenir à cause du médicament (envies suicidaires, etc), car certaines personnes vont vouloir tester et les dermatologues ne disent pas toujours les risques à leurs clients, j'en ai déjà fait l'expérience, donc quand on vante un produit, autant mentionner tout ce qui est nécessaire... :/ J'espère que tu changeras ça ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Charlotte ! C'est vrai que je n'ai pas mentionné ici les effets secondaires de Roaccutane. Je les avais évoqués dans un précédent article (ici : http://www.mawajane.com/2015/05/mes-produits-chouchous-pour-survivre.html). Pour ma part, les dermatologues qui me l'ont prescrit m'ont toujours bien accompagnée et se sont souciés de mon état à chaque rendez-vous mensuel. Oui, c'est un traitement lourd (en quelque sorte) mais il est encadré, avec des prises de sang et des rendez-vous obligatoires tous les mois. Ma dermatologue m'a toujours demandé comment je me sentais, quels effets secondaires j'avais, et j'espère qu'ils le font tous. De plus, on doit signer un papier qui présente les principaux risques avant de commencer le traitement, et la notice est très détaillée et ne cache rien. D'ailleurs, elle fait un peu peur, c'est vrai. Elle ne cache pas les cas (très rares) d'idées suicidaires voire de passages à l'acte. Mais la majorité des effets secondaires indésirables, surtout les plus graves, sont très rares. Le tout est de voir quel est le ratio de bénéfices et de risques. Si le bénéfice l'emporte, je pense que ça vaut le coup.

      Supprimer
  11. Coucou!!
    Je suis tombée par hasard sur ton blog et comme beaucoup je me reconnais totalement dans tes articles. Je pense souffrir de la meme acné que toi, j'ai aussi eu une grosse crise en 2014, je l'avais soignée par Diane 35 mais ça ne suffisait pas (comme toi). J'aurai voulu savoir comment était ton acné sous Diane 35 quand tu as dû prendre androcur (comme sur la photo?) ?
    Je pense de plus en plus à faire roaccutane je ne l'ai jamais fait, mais l'endocrinologue qui me suit me dit que je rechuterai... J'ai aussi un taux de testostérone trop élevé !

    En tout cas ta peau est superbe aujourdhui, moi aussi j'ai des cicatrices mais je m'en fous, je trouve que c'est mieux que des boutons !!
    Merci beaucoup pour tous tes articles on se sent moins seule ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ! Oui, j'étais comme sur la photo. J'ai eu une grosse crise d'acné similaire à celle-ci à 19 ans, alors que j'étais sous Diane depuis déjà trois ou quatre ans.
      Roaccutane est très efficace (malgré sa part d'effets secondaires indésirables) mais il n'empêche pas la rechute, si ton acné est d'origine hormonale. Car après un certain temps, le dérèglement devrait normalement se refaire sentir... mais peut-être pas ;)
      Et t'as raison, on s'en fout des cicatrices ! Bisous

      Supprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  13. 20 août 2016 à 16:26

    J'ai eu de l'acné très forte de mes 11 ans à 16/17 ans. J'ai essayé tous les traitements puis vers mes 16 ans mes parents ont donné l'accord d'avoir recours au Roaccutane (et oui quand on est mineur les parents doivent donner leur accord pour ce traitement lourd). Au bout de 6 mois plus d'acné et 10 ans après plus rien ! J'ai toujours un bouton ou deux qui sortent pendant la période rouge mais rien à comparer à ce que j'ai vécu pendant 6ans. Et je vois encore plus la différence depuis que j'ai arrêté la pilule il y a 7 mois. Par contre je ne supporte plus mes cicatrices et les pores que cet acné m'a apporté, j'ai donc fait l'hiver dernier un peeling léger qui m'a lissé la peau, mais pas encore suffisamment. Du coup à la rentrée je vais faire un peeling moyen toujours chez le dermato pour dire au revoir à cette partie de ma vie traumatisante (surtout quand on est ado et qu'on est trop jeune pour se maquiller). Je te trouve courageuse d'assumer tes cicatrices, perso je n'y arrive toujours pas d'où le passage par le peeling même si je voulais l'éviter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc sur toi, Roaccutane a marché pour de bon... chanceuse ! Chacune ressent les choses à sa manière, si tes cicatrices te gênent, et que tu te sens mieux en les estompant avec des peelings, pourquoi pas ? Chacune fait au mieux. Bisous

      Supprimer
  14. Comme tu dois te sentir mieux maintenant ! D'ailleurs ça se voit sur les photos, tu rayonne ! Vu que tu sais que ton acné est hormonal est-ce que tu es allée voir un endocrinologue ? Si tu en trouve un bon il pourra sûrement t'aider à résoudre ton problème de fond ? J'en profite pour te féliciter pour ton blog, d'habitude je ne commente jamais mais je lis toujours tes articles car j'adore la fraîcheur et la bonne humeur qu'il s'en dégage !

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Maéva,

    Ton article m'a rappelé que moi aussi, j'avais commencé avec une très très vilaine peau... Je suis passée par la case "Roaccutane" il y a fort longtemps, et je ne sais pas si cet acné était vraiment lié à l'adolescence (j'en sortais... 17 ans).

    Quoiqu'il en soit, après avoir essayé des cosmétiques plus ou moins onéreux, je me suis tournée vers mon généraliste qui m'a prescrit le Roaccutane.
    Les effets secondaires étaient absolument affreux: j'ai souffert, je me réveillais le matin ayant eu la sensation de m'être battue avec une râpe pendant mon sommeil. Mais l'acné s'est estompée, petit à petit...
    Je n'ai par la suite utilisé que des traitements que je qualifie de "confort" quelques cures de Normaderm, par exemple. Mais tu dois connaître.

    Je me souviens cependant d'une chose qui pourrait t'intéresser: Après Roaccutane et pour éviter une possible rechute, mon médecin m'avait prescrit de la teinture de violette à appliquer le soir (comme une lotion) et des compléments de zinc.
    Je te suggère peut-être de voir de ce côté. Il s'agit bien sûr de compléments homéopatiques, mais pourquoi pas... J'ai fait une petite recherche pour toi concernant la teinture, mais impossible de trouver quelque chose. Un pharmacien spécialisé pourra sans doute t'aider.

    Tu as une jolie peau et aucune raison d'avoir honte, les cicatrices s'estomperont petit à petit, ne t'en fais pas trop.
    Pour ma part, on me complimente maintenant sur ma peau alors que j'ai eu honte pendant des années. J'ai 45 ans, pas de traitements (je parle de chirurgie ou procédures cosmétiques), mais je suis fidèle à des marques comme Clinique ou Shiseido qui, à mon avis, sont assez douces pour respecter ma peau.

    Sois douce avec elle...

    Bonne chance!

    Catherine

    catetletigre@hotmail.com

    RépondreSupprimer
  16. Bravo. Je te suis depuis un moment et je suis contente de voir que ça va mieux. C'est un article pas facile à rédiger mais merci de partager ton expérience, tu aides beaucoup de monde.
    Des gros bisous ma belle :D

    RépondreSupprimer
  17. Hello, ta peau est top et me laisse rêveuse ! J'ai le même parcours que toi avec 2 cures de roac puis androcure durant plus de 2 ans. J'ai stopper androcure et 3 mois plus tard l acné revient.. de pire en pire.. je suis dégoutée. Pourtant ca fait 1 an que j'ai arrêté les produits laitiers. Bref je suis actuellement le traitement acne.org qui soigne bcp d acné sévères à travers le monde (peu connu en France) ca fait 1 mois et je vois une amélioration , ca me redonne espoir! J'ai également acheté le savon medimix qui est très bien réputé pr les tâches et cicatrices d acné. Voir les avis sur beauté test.com . En tout cas bon courage à toutes les concernées !!

    RépondreSupprimer
  18. Cet article est juste parfait...

    RépondreSupprimer
  19. Wow. Je suis partagée entre 2 sentiments à la fin de la la lecture de cet article: l'espoir et la peur. J'ai quasiment le meme parcours que toi niveau acné. Sauf que je viens juste de souffler ma 19ème bougie. J'ai de l'acné depuis mes 8 ans. Oui oui. Et pas un ou 2 boutons: je n'avais plus 1 cm² de peau sans boutons. La poitrine, le dos ravagé. Des années de crèmes, d'antiniotiques sans aucun effet. Mon frère, de 3 ans mon ainé, a fait le roaccutane à 15 ans, la dermato n'a pas voulu le faire avant ( acné nodulo kystique très sévère dos+ visage). Au vu des séquelles qu'il en a gardé ( dos ravagé par les crevasse, les cicatrices violette et une vie gâché. 7 ans après, il est toujours aussi renfermé, montrer son dos a une fille, se baigner? Il s'est resolu à finir sa vie tout seul, prostré dans son coin); ma dermato, dès l'année suivante, à mes 13 ans, m'a mis sous roacc + diane 35. Merveilleux! Ma peau n'avait jamais été aussi belle. Je vivais un enfer au collège, j'étais moquée, frappée, humiliée. J'étais suicidaire. J'ai fait une tentative de suicide médicamenteuse à 13 ans. Et après le traitement, je revivais ! Mais ça n'a pas duré. Est-du à l'arret de diane après ma cure? Je ne sais pas. Toujours est il que mon acné est revenu, aussi severe qu'avant. A 15 ans, j'étais revenu au point de départ, que ce soit psycholigiquement et physiquement : ravagée. 16 ans, dépression severe, 2 e cure de roacc. Je revivais de nouveau. A la fin de cette cure, qui m'a beaucoup marqué ( je me souviens toujours des dates de la cure : 2 octobre 2013- 30 avril 2014 à 45 mg par jour), mon acné est bien sur revenu. J'ai aussitot réagi, et demandé diane 35. Mon acné est revenu sévère sur le visage ( mais moins qu'avant, seulement sur les joues et le menton, front impecctable), mon dos est restée nickel par contre. J'aurai préfé l'inverse. Mon dos je peux le cacher, mon visage non, meme avec 3 couches de fond de teint, personne n'est dupe. J'ai découvert le lien avec l'alimentation, j'ai TOUT changé. Amélioration nette. Mais par periode, j'ai tout de meme de grosses crises d'acné. Ce yoyo avec ma peau m a rendu folle. J'ai arreté la fac, incapable de me montrer à qui que ce soit, je pleurais des journées entières. Jusqu'à cette année, ou j'ai repris roacc. J'en suis à 2 mois et demi, ma peau s'améliore nettement, je n'ai plus que 2 boutons en ce moment. Je n'ai que peu de cicatrices . J'ai meme pris androcur pendant 6 mois: aucun resultat. Je compte garder diane 35 pour de bon ( bon jusqu'à bébé quoi, dans quelques années). Je revis mais cette fois, je subis les effets de roacc très sévèrement. Ma peau et mes lèvres sont restees completement déséchées depuis ma 2e cure il y a 3 ans. Qu'en sera t il après cette cure ? Je vais passer de l'acné + rides prématurées? Mon acné va t il me laisser en paix? Je suis devenue insomniaque à cause du traitement. Totalement. Je ne dors plus une seule heure sans somnifere. J'en suis là, à 19 ans, à me bousiller le corps pour un probleme physique dit " benin". Mais qui m'empeche de vivre. Alors que j'ai des amis en or depuis des années, qui ne m'ont jamais juger, une famille aimante. J'ai repris l'école cette rentrée. J'espère que ça ira, je ne suppporterais pas que cela revienne comme avant, pitié, pas encore. C'est trop dur. Je prefere rester insomniaque à vie sous roacc que de revenir cette " pizza double pepperonni supplément fromage" que j'étais. Courage à toi...

    RépondreSupprimer
  20. Merci bcp pour ton article.
    Je me reconnais énormément dans ton parcours ( acné sévère/pilule/roacutane etc..) Aujourdhui j'ai 32 ans et je suis sous pilule Jasmine, qui me permet de ne plus avoir d'acné.
    Seulement si je l'arrête, mon acné revient en force! Rien que d'y penser je pleure... Alors je continue de prendre la pilule, comme toi, même si je sais que ca ne guérit pas le problème, ca l'endort juste...
    En plus, étant encore celibataire à 32 ans comment trouver un mec si je suis ravagée par l'acné !!
    Par contre, au fil des années,Jasmine m'a donné des tâches brunes au visage: mélasma, (pommettes,front,lèvres) que je n'arrive guère a diminuer malgré les crèmes anti-tâches, pas cool...:(
    Bref, je n'aurais je crois jamais une belle peau... Si c est pas l'acné c'est le mélasma !!
    Juste pr te dire que je te comprend à 100% et que moi non plus je n'ai pas encore trouvé la force d'arrêter ma pilule... En tous cas grâce à tes articles on se sent moins seule

    RépondreSupprimer
  21. Hello !
    Je ne sais pas si j'ai déjà posté ici, mais je suis ton "périple" contre l'acné depuis 2014, car c'était aussi le moment où, suite à l'arrêt de ma pilule Jasmine (anti androgène, comme Diane, qu'on m'avait prescrite quelques années plus tôt justement pour mon acné), je me retrouvais couverte de boutons, de points noirs énormes - j'avais jamais vu ça ! - et de microkystes. Bref, autant te dire que j'étais pas bien et que ça me faisait du bien de te lire, de voir que je n'étais pas seule.

    Je suis vraiment contente que ta peau soit enfin belle. L'acné est vraiment un fléau, et je te comprends à 100%. Même si tu as repris Diane, je te comprends parfaitement: pendant mes moments difficiles liés à l'acné, je voulais reprendre absolument Jasmine, sauf que contrairement à toi, la pilule me créait du cholestérol et je risquais constamment la phlébite ou l'embolie pulmonaire...

    Enfin, j'ai pris un autre chemin que le tiens, je suis encore sous traitement hormonal, ma dermato me sèvre petit à petit... J'en ai encore pour une bonne année je pense. Mais pour l'instant, ça à l'air d'aller.

    Je ne suis pas ici pour parler de moi, en fait ^^. J'ai lu dans ton article que tu regrettais que ta peau ne soit pas "comme avant". J'imagine que tu le sais, mais je tenais à te dire qu'il existe de vraies solutions naturelles pour améliorer l'état de la peau. Notamment des huiles essentielles, très puissantes. Je t'en cite quelques-unes en vrac : l'HE d'Immortelle pour cicatriser, oxygéner la peau et lui donner un teint éclatant ; la lavande (et mieux encore: la solvarome) pour les cicatrices de bouton récentes ; le Miel de Manuka pour les cicatrices plus vieilles ; l'H.E de Palma Rosa pour empêcher les montées de sebum et l'apparition de boutons; l'H.E de Romarin...

    Voilà, si tu as le temps de te pencher sur l'Aromathérapie, sache qu'il existe de très bons produits pour améliorer l'état de ta peau sans forcément passer par la case "laser"! Bien sûr je ne pense pas que ça ait d'effet sur les cicatrices en creux mais je suis convaincue que ça peut considérablement améliorer ton grain de peau et l'éclat de ta peau!

    Je te souhaite bon courage pour la suite et profite de ta nouvelle peau ! :) Une vie sans boutons, ça change vraiment, vraiment tout !

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour, je suis vraiment heureuse pour toi.
    Mais si je peux te conseiller si quelque chose,essayé l'huile de nigelle. Elle vraiment mais vraiment miraculeuse. Elle a complètement changé ma vie.
    Étant donné que j'avais une acné sévère.
    Voici le nom de 2 , youtubeuse grâce à qui j'ai découvert cet huile: nevyanmb et Glow i

    RépondreSupprimer
  23. Bonsoir...
    Je tombe par hasard sur "Mawa Jane"... en tapant "l'acné me gâche la vie"!! J'admire la positive attitude que j'ai pu lire sur d'autres pages de tn blog. Ça m'aide psychologiquement!! 21 ans d'acné. Ouioui 21 ans...acné qui s'est promené de ci de là sur mon visage. J'ai eu évidemment le temps (un peu trop de temps..) de tout essayer pr remédier à mon problème en passant par le bio, le fait maison, le naturel (sortir sans cacher...) l'alimentation, puis les traitements plus lourds... j'ai changé de dermatos à plusieurs reprises, médecine chinoise...et j'en passe parce qu'on m'a sorti tant de causes "le vin, le sucre, le stress, la pollution,l'eau..." enfin, à 33 ans j'ai tout entendu!!
    Je suis désespérée et la Tolexine que je prends depuis 2 semaines empire l'état de mon visage. Je vais attendre 3 mois et selon les résultats (je les connais...) je vais repousser le problème en prenant Roaccutane. La solution est temporaire je le sais et parle en connaissance de cause, mais une petite année de répit me fera le plus grd bien...
    Je vais aussi continuer à te lire car ta façon d'écrire me soulage et me fait sourire...

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour,

    J'ai lu une bonne partie de tes articles sur l'acné et je suis un peu triste de lire que tu ne souhaites pas faire certains changements dans ta vie pour te débarasser de l'acné bien que je le comprenne totalement. J'ai également beaucoup souffert de l'acné pendant des années (acné hormonale de la même cause), je suis passée par nombre de traitements et médecins jusqu'au jour où j'ai dit stop aux poisons. Aujourd'hui je suis guérie et fière de dire que je me suis vraiment guérie toute seule, sans l'aide de méciments ni médecins, juste avec des méthodes naturelles.

    Le seul conseil que je voulais te donner, pour le jour ou tu voudras vraiment arrêter la pilule, c'est de ne pas l'arrêter brutalement du jour au lendemain mais de le faire progressivement. Cela a été mon erreur et quand je l'ai compris j'étais même prête à reprendre la pilule juste pour pourvoir l'arrêter progressivement ensuite ! A ce moment je te conseille vraiment de couper tes comprimés très progressivement ou de faire un jour sur deux, le but ne sera pas de te protéger d'une grossesse mais bien d'arrêter cette m*****. Tes hormones réagiront plus en douceur et tu en souffriras moins. Et bien sûr, à ce moment il faudra changer de mode de vie alimentaire. Je te souhaite bon courage, je reste disponible pour échanger sur mon parcours contre l'acné. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je veux bien savoir ce que tu as fait au niveau alimentaire !

      Supprimer
  25. Un grand merci pour nous permettre à nous toutes qui pleurons en silence de pouvoir enfin nous épancher. L'acné est une maladie physique (c'est indéniable) mais aussi psychologique et cet aspect est malheureusement trop occulté! La pire des souffrances est celle que l'on subit dans la honte : sur quelle épaule pleurer quand la seule réponse à nos cris d'alarme est "c'est bon c'est que des boutons il y a quand même plus grave dans la vie!" Et VLAN! Ta souffrance n'est que le délire d'une petite fille égocentrique... Se confesser quand on a de l'acné c'est subir une humiliation, c'est passer pour faible. Pourtant quel courage déployé tous les jours, ne serait-ce pour parvenir à se brosser les dents en face de la glace de la salle de bain sans fondre en larme. Ravaler ses larmes pour pouvoir descendre les poubelles, acheter une baguette de pain. Chaque petit fait de la vie quotidienne devient une épreuve insurmontable. Chaque moment de joie supposé se transforme en torture. L'acné occupe chacune de nos pensées, sans relâche. Et cette tentation suprême qu'est le miroir. La peur de s'y regarder et pourtant ne pas pouvoir s'empêcher de le faire (mon copain a du ôter toutes les glaces de l'appartement. Il est le seul témoin de mes peines, depuis bientôt 6 ans et bien que mon amour soit décuplé par ses soins j'ai la désagréable impression qu'il est plus un garde-malade qu'un petit ami...) Pour vous mettre dans le contexte : j'ai commencé à en souffrir à la puberté (13 ans) devant la gravité de mon état mon dermatologue m'a prescrit Diane 35 à 14 ans. A 15 ans, j'affichais une peau radieuse mais aussi une prise de poids de 10kg, résultat je suis devenue boulimique. A 18 ans j'arrive à stabiliser mon poids, je rencontre mon copain qui y est pour beaucoup dans cette reprise en main de moi-même. A 20 ans, je me sens belle, libre et forte, un désir de grossesse fait jour, d'une commune décision j'arrête Diane.. Les premiers effets positifs d'une perte de poids me conforte dans cette décision le 1er mois qui suit l'arrêt. Le second, 2,3 boutons font leur apparition en période de règle : rien d'alarmant, l'acné est derrière moi. Le 3ème mois peau grasse, cheveux gras, et peu à peu, la débandade: de gros kystes sur le front qui vont jusqu'à me défigurer : "t'es tombée? t'as une bosse?". J'entreprends de nouveau des traitements en tout genre, on me prescrit Yaz, rien n'y fait. Je reprends Diane de nouveau. (adieu bébé soit-dit en passant!) Rien. Toutes les méthodes que tu as pu mentionné et dont j'ai entendu parlé. Rien. Entre-temps une tentative de suicide qui me condamne à ne jamais pouvoir prendre roaccutane puisque aucun dermatologue n'est prêt à se mouiller en cas de récidive. Des suivis psychiatriques, psychologiques qui ne servent à rien. Un nouveau traitement, l'aldactone, qui n'a rien donné non plus. Aujourd'hui j'ai 23 ans et je ne sors plus de chez moi, je ne me coiffe plus, je ne m'habille plus j'ai perdu tout contact en raison de ce sentiment d'incompréhension. J'attends. J'attends que mon copain rentre du travail. J'attends que mon acné passe. J'attends pour trouver la force d'aller mieux. Et je sens que la vie me passe entre les mains, les plus belles années de ma vie qui plus est. L'idée d'un enfant est définitivement exclue. L'acné m'a fait tout sacrifié. Je n'ai plus rien, sinon mon couple mais je tremble de peur à l'idée que l'amour de mon copain se transforme en pitié. J'aimerais tellement, un jour, ne serait-ce qu'un jour me regarder dans la glace et me trouver jolie, me sourire au lieu de m'arracher les cheveux. Aujourd'hui j'ai eu besoin d'en parler alors que voilà bien longtemps que je rôde sur ce blog après avoir tapé sur google "acné comment m'en sortir?", espérant trouver une parole prophétique. Merci de nous donner la parole!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je me permets de te répondre car j'ai souffert de l'acné moi aussi depuis mes 13 ans jusqu'à mes 24 ans aujourd'hui. Je n'ai jamais pris d'antibiotiques et je ne prends pas la pilule. Le plus important et de ne pas agresser la peau. J'ai étudié la question en long et en large et je peux dire qu'aujourd'hui ma peau va beaucoup mieux. Je ne lave ma peau qu'une fois par jour, le soir avec un savon d'Alep. Et ensuite j'applique un mélange d'huile que j'ai préparé moi même, mais pour une routine plus simple l'huile de Nigelle seule ça fonctionne parfaitement. Il faut absolument éviter les grattages.et franchement l'élément principal pour la réussite c'est une décoction de racines de pissenlit. Ça fonctionne du tonnerre. J'en bois une grande tasse tous les soirs. Lorsque ma décoction de racine de pissenlit est prête je laisse infuser une pincé de feuilles séchées d'ortie. Ça permet de baissé le taux d'acidité dans le corps et par la même occasion le nettoie de quelques toxines. Il faut également boire beaucoup d'eau , chose que je ne fais pas encore assez pour diminuer l'acidité du corps qui provoque cette inflammation du corps. Bon courage

      Déborah

      Supprimer
  26. Bonjour,
    Merci pour tes articles, qui sont sensibles, drôles et intéressants. J'ai 28 ans et je souffre depuis une dizaine d'années d'acné, plus ou moins sévères selon les périodes mais suffisamment pour que l'estime de soi en prenne un coup. L'aspect psychologique de l'acné est souvent négligé alors que le rapport à soi et le rapport aux autres s'en trouvent malheureusement atteints. Et je ne parle même pas de la vie professionnelle... Personnellement, j'ai moins envie de sortir qu'avant, j'hésite à me lancer dans des projets, bref j'ai la sensation de n'être qu'une version en noir et blanc de moi-même... Et ça, c'est pourtant à l'opposé de ce que je suis/étais/espère redevenir... Bref. J'ai toujours refusé les traitements hormonaux. J'ai pris la pilule comme contraceptif étant plus jeune mais cela n'avait pas d'impact sur ma peau. Je refuse (mais c'est personnel hein) les traitements avec hormones, les pilules, le roaccutane, les antibiotiques qui détraquent le foi, bref j'estime que tout cela est nocif pour l'équilibre du corps. Et forcément les médecins, qui sont parfois payés par certains laboratoires pour prescrire ces traitements, se moquent de moi.. Comme si ce n'était pas assez dur! En gros, convictions et acné ne font pas bon ménage... Heureusement, ma dermatologue me comprend (en plus j'essaye d'avoir un enfant, donc la chimie non merci), elle m'a juste prescrit du zinc comme complément alimentaire, ce que je complète par la routine suivante:
    Nettoyage de la peau avec un gel au Tea Tree de chez Joveda, que j'alterne avec un gel nettoyant de chez Kéracnyl.
    Le matin, j'applique sur ma peau le soin Phys-Ac Global de chez A-Derma (j'ai aussi la crème compensatrice Phys-Ac Hydra pour les jours de sécheresse).
    Le soir, après nettoyage, j'applique le soin TriAcnéal expert de chez Avène.
    A cette routine s'ajoutent d'autres produits comme la lotion hydratante Hydrabio de chez Bioderma (oui, une peau grasse à imperfections a besoin d'être hydratée), l'indispensable eau thermale en spray de La Roche-Posay, ainsi que des masques de temps à autres (pas trop, la peau acnéique est fragile) à base de miel de manuka, auquel j'ajoute du jus de citron et des huiles essentielles: Tea-Tree et lavande principalement.
    Tout cela semble "fonctionner" assez bien mais comme c'est une solution simple et douce, cela prend du temps. Après 5 mois, ma peau va déjà mieux, mais ce n'est pas miraculeux.
    Il y a autant d'acné que d'individus, nous ne faisons pas les mêmes choix de traitements, nous n'avons pas les mêmes hormones, nous ne mangeons pas la même chose... Et ce qui marche sur l'une ne marchera pas forcément sur l'autre... Si j'avais quelques conseils à donner, ce serait de boire beaucoup d'eau (idéalement minérale), ainsi que des tisanes (bio si possible), et d'utiliser des marques de pharmacie ou parapharmacie comme La Roche-Posay, Avène, A-Derma, Bioderma. Et puis quand même, attention un peu à ce qu'on mange, pour la peau bien sûr, mais aussi pour notre foie, nos intestins et notre santé en générale. Car une belle peau, c'est aussi le reflet de ce qui se passe à l'intérieur. Il ne s'agit pas de tout changer d'un coup, c'est même déconseillé! Mais intégrer quelques aliments, prendre une ou deux habitudes (la tisane avant le dodo, le jus de citron au réveil...), c'est facile à mettre en place et ça fait du bien.

    En tout cas, c'est bien de savoir qu'on n'est pas seule: oui, on a peu l'occasion, en soirée ou au boulot, de parler peau grasse et pustules! Et heureusement!

    RépondreSupprimer
  27. Certainement le meilleur article sur l'acné que j'ai jamais lu. Et pourtant j'ai parcouru des kms de pages à la recherche d'une solution miracle pendant des années. J'abandonne, je laisse ma peau tranquille. Ca va mieux depuis qq mois, et là...2-3 boutons bien rouges, another crise ?...me revoilà, angoissée, sur le net :P
    Merci pour cet article.

    RépondreSupprimer
  28. Bonsoir,
    Je viens de tomber par hasard sur ton blog et j'ai voulu partager mon parcours avec l'acné. Je suis espagnole donc je m'excuse pour les fautes.
    J'ai 26 ans et je souffre d'acné depuis 10 ans. Des traitements j'ai suivi plein: Cutacnyl, antibios, antibios+cutacnyl, le fameux roaccutane + jasmine puis Diane 35...
    Après ce dernier traitement j'ai cru avoir vaincu mais un an et demi après j'ai eu la mauvaise idée d'arrêter la pilule et il est retourné. Ça fait 3 ans...
    Donc j'ai recommencé mon tour des dermatos. Ils avaient tous à-peu-près la même réponse (roaccutane +pilule) mais pour moi c'était hors de question de recommencer, surtout la pilule. Je n'en veux plus de cette m****.
    Finalement j'ai trouvé un dermato qui m'a proposé un traitement avec le cutacnyl 10% (nuit) + antibios (mettre un peu au bout du doigt et l'étaler d'un seul passage et reprendre à nouveau jusqu'à ce que tout l'ensemble de peau affectée soit couverte de crème) comme par miracle ça a marché...mais (il y a toujours un) il fallait arrêter très progressivement les antibiotiques et après 9 mois j'ai dit basta!
    Quelques boutons ont apparu un mois après et j'ai recommencé le traitement à ma façon, c'est-à-dire, je prennais plus d'antibiotiques juste le cutacnyl tous les soirs. J'avais quelques crises à cause des cicles hormonaux mais rien de grave.

    Cet été je faisais un tour dans un grand magasin en espagne et j'ai trouve au rayon des peaux acnéiques du savon au soufre. J'ai voulu tester tout de suite et j'ai pris un seul (2e).

    Je ne suis pas médecin mais si il y a une chose que je peux vous recommander c'est ça, par contre il sent pas bon et il séche la peau

    Actuellement je me lave matin et soir avec mon savon puis je mets un peu de cutacnyl juste quand j'ai des boutons. Ça m'arrive d'avoir deux ou trois gros par mois car à la base c'est un problème hormonal et aussi quand j'abuse avec le chocolat ou le sucre. Pour combattre la sécheresse j'utilise un protecteur solaire 50+ tous les matins que je renouvelle frequement car le cutacnyl peut tâcher la peau.
    Je me maquille avec les produits MAC parce que la plupart sont "pas comédogène" et car son fond de teint longwear couvre tout +++ sans avoir besoin de correcteur (donc moins kk sur mon visage). Je lave mes pinceaux tous les deux jours et surtout je me démaquille soigneusement avec l'huile démaquillant de chez MAC ( il marche super bien avec les maquillage waterproof et longue durée c'est mieux que de commencer directement avec l'eau et le savon) puis savon et tous les trois jours un gommage (codage plus doux ou dr brandt assez fort, tout dépend de l'état de ma peau)

    Bref, je vous conseille le savon et le cutacnyl. Sachant que je suis pas dermato et que nous avons pas tous la même peau.
    Et puis faire attention à l'alimentation mais sans excès car on qu'une vie
    P-S: je ne fais pas la pub de MAC, je parle de ce que marche avec moi. Le savon je l'achète en Espagne mais vous pouvez le trouver sur Amazon si vous tapez "Grisi savon au soufre" ou si vous la demandez à votre pharmacie.
    Pour le cutacnyl 2, 5 et 10% il faut une ordonnance et un protecteur solaire 50 non comédogène.
    Bon courage

    RépondreSupprimer
  29. J'ai adoré ton article , je me reconnait totalement dans t'es parole

    RépondreSupprimer
  30. Salut, merci pour tout, tu nous libères et nous donnes la parole et ça fait du bien. Mais je m'inquiète en lisant tous les commentaires...Pourquoi personne ne parle jamais d'androcur?
    Trop dangereux selon toi? J'ai 24 ans et cela fait 7 ans que je suis sous androcur après avoir été 2 ans sous Diane 35. Qu'en penses-tu? Diane c'est moins grave?

    RépondreSupprimer
  31. Hello,
    D'abord j'aimerais te dire à quel point j'aime tes articles sur le calvaire qu'est l'acné. Ils sont humoristiques mais aussi pleins d'énergie positive, et je te remercie pour ça car ça m'aide à dédramatiser ma perception de ma peau. Pour le moment j'ai rarement des boutons (seulement quand stress et malbouffe, j'y reviendrai plus tard) grâce à ma crème antibiotique mais ces taches rouges, brunes, cicatrices creuses (surtout elles!) et pores enormes me rendent dernièrement (depuis que j'ai de nouveau de l'acné) très malheureuse, alors que mon petit ami n'a jamais rien vu (et nous sommes depuis plus de 7 ans ensemble).
    Pour mon histoire: J'ai commencé a avoir de l'acné à l'âge de 8 ans, ce qui était terrible. Je me sentais, déjà avant ça et pour autant que je puisse me souvenir, toujours différente, comme un "outsider" mais dès mes 8 ans ce sentiment s'est amplifié. Du coup, je me sentais rejeté (mais je ne l'ai jamais été, tout était dans ma tête) parce que j'étais la seule à avoir des boutons dans toute l'école. Du coup, j'ai percé mes boutons jusqu'à mes 12 ans à peu près, parce que je me haissais d'être différente. Et quand je dit percer, c'était avec les ongles bien dégueux, sans s'être laver les mains ni rien, et bien souvent jusqu'au sang. Quand je me rapelle de cette charcuterie, ça me fait froid au dos. Et à 13 ans le dermato (après maintes crèmes qui devenaient de moins en moins efficaces) m'a prescrit le roaccutane. Comme pour toi, c'était une libération incroyable et très rapide. Et puis après des années sans acné mais sans jamais une vraie belle peau (j'évitais les miroirs comme la peste) la rechute (même si plutôt minime) l'été dernier après avoir arrété le Nuvaring, ces saletés d'hormones artificiels. Et c'est à ce moment là que j'ai commencer à analyser ma peau de plus près. Et c'est aussi seulement à ce moment là, 10 ans après ma cure de roaccutanne, que j'ai remarqué que ma peau n'a jamais était belle comme je le voulais parce que j'avais des cicatrices d'acné. Je pouvais donc enfin mettre un mot sur ce qui me déplaisait. Mais de savoir ça, ça m'a fait comme un genre de choc. Je croyais en effet que mes séances boucheries de mon adolescence n'avaient pas laissées de traces, pendant longtemps je ne savais même pas que l'acné pouvait laisser de réelles cicatrices *honte à moi*
    Alors oui, mes cicatrices sont peu visibles quand on ne sait pas qu'elles sont là, mais je pensais pendant longtemps que si je me soignais un peu plus, ces machins moches disparaitraient illico presto. Non, pas vraiment...du coup, j'ai commencé à rechercher pendant des jours et des nuits comment je pourrais me débarasser de mes cicatrices, avant de reconnaitre qu'il n'y a pas de traitement sans risques (je comprend donc complètement que tu ne veuilles pas faire ni laser, ni peeling chimique etc...) Du coup, j'essaie le naturel avec des huiles et peeling doux (donc routine normale je dirais, mais bien plus que ce que j'ai fait ces 10 dernières années) mais je pense bien que mes chances de changer quoique ce soit sont minimes. Et c'est là que j'en vient à tes articles: puisque mes cicatrices resteront surement à vie, il vaudrait mieux que je me charge d'estime de moi et commence à tourner la page. Et tes articles aident à me rebooster, à me détacher de cette obséssion qu'est ma peau. Alors merci mille fois!

    En ce qui concerne la nourriture, je suis persuadée qu'il y a un lien. Je vis en Allemagne et ici, la médecine alternative prend une place très importante. J'ai entendu parler d'un grand nombres de personnes qui ont pu se débarasser de leur acné en changeant leur régime alimentaire et en ayant en général une meuilleure hygiène de vie (sport, détente). Et encore une chose: l'état psychologique influence aussi la peau.
    Continue de nous tenir au courant!


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En relisant le commentaire, je me rend compte que la phrase ente parenthèse "je comprend donc que tu ne veuilles faire ni lasers, ni peelings chimiques" pourrait être mal comprise. Ce que je voulais dire, c'est pas que tu n'as pas fait de traitement juste à cause des risques puisque tu acceptes tes cicatrices, mais bien plus, que les risques sont un argument supplémentaire contre un traitement. J'espère que c'était compréhensible ��

      Supprimer
  32. Moi je suis un homme et honnêtement accutane a ruiner ma vie sexuelle. J'ai eu trois cycles d'accutane un à 18ans, un autre à 24 ans et le dernier à 33ans et toujours suite à une récidive de mon acné. Dernièrement j'ai 36 j'ai eu une autre pousser d'acné et on ma prescrit du minocycline mais cela ne fait que stopper mon acné,quand je l'arrête tout reviens et il y a aussi les effets secondaires qui ne me sont plus supportable. Je ressens de la colère teinté d'injustice face à tout cela. Aussi dernièrement j'ai trouvé que la vitamine a, b5 et la b6 plus du zinc pouvait aider. Je vais prochainement essayer mais sans grand espoir (après autant d'essais infructueux tu me comprends sûrement). J'en suis la présentement. Je suis aussi triste du au fait du deuil que j'aurai éventuellement à faire de la vie "normal" et simple que tu a si bien decrite. Bien que cela soit évident pour beaucoup d'hommes ayant pris accutane, santé Canada viens tout juste de reconnaître la dysfonction érectile comme un effet secondaire relié à accutane. Trop peu trop tard, avoir su cela avant jamais je m'aurait aventurer dans cette aventure. Alors à toi qui pense que l'accutane peu changer ta vie en meilleure je te conseille d'y penser à 10 fois avant de te lancé dans cette aventure, car accutane peu aussi ruiner ta vie, pense y bien.

    Le lien de santé Canada

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/medeff/reviews-examens/retinoid-fra.php#share

      Supprimer
  33. Coucou !

    Merci pour tous tes articles et tes témoignages. Pour ma part ça a été l'hécatombe après avoir choisi d'arrêter la pilule. Il faut dire qu'avant l'arrêt je trainais déjà une acnée "modérée" mais persistante depuis près de 13 ans sans qu'aucun traitement (ni antibio, ni crèmes, ni même Diane 35) n'ai rien pu y faire. Face au chamboulement hormonal de l'arrêt de la pilule (inflammations et kystes en règle), Roaccutane a aussi été envisagé.

    Et puis j'ai changé de dermato pour en trouver une qui a su entendre mon désespoir et surtout ma volonté de ne plus prendre aucune hormone. Elle a pris le problème à bras le corps et m'a concocté un traitement sur mesure, à coup de nettoyages de peau mensuels le temps que mon corps retrouve ses hormones et d'engueulades sur mes triturations qui empiraient l'aspect de ma peau (je me permets d'ailleurs de partager le lien d'un site très complet et très intéressant sur l'acné excoriée, qui m'a fait prendre conscience d'énormément de choses: https://grattagevisage.wordpress.com/soigner-sa-peau/).

    Deux ans après, le résultat est là ! Ce n'est pas encore parfait et ce ne le sera sans doute jamais, mais je m'assume enfin !

    Ce n'est ni la seule solution ni une solution miracle mais c'est celle qui a fonctionné pour moi. C'est surtout d'être tombée sur la bonne personne qui a su m'écouter qui m'a fait beaucoup de bien et a contribué à ma guerrison.

    J'ai aussi effectué un gros travail psychologique pour arrêter d'empirer ma peau par la vision que j'en avais (qui du coup entraînait aussi les triturages intempestifs...).

    Bref, je compatis ! C'est un long chemin mais patience et longueur de temps font plus que force ni que rage !

    En tout cas merci encore pour tes partages et bravo pour le résultat !

    RépondreSupprimer
  34. Salut j'ai 14ans et je vais bientôt faire Roaccutane mais je suis morte de trouille à l'idée que ça ne fonctionne pas où que je rechute un peu plus tard.. J'essaie pour l'instant de vivre avec mais c'est très dure. A mon age toutes les filles se jugent entre elles et de comparent (moi la première), elles sortent avec des garçons ect ... Quand j'étais petite on me répétait souvent que j'étais belle et oui j'étais carrément à croquer mais j'ai grandi malheureusement et ça à changé. Alors oui, j'essaie d'être forte et de le rester mais c'est très dure. Les adultes de mon entourage me répète que c'est l'âge et que c'est normal. Mais vous en connaissais beaucoup vous des gamines de 14ans qui ont une acné tellement sévère qu'elles doivent faire un traitement aussi lourd ? Non, je ne pense pas. Même mes copines, elles ne sont pas méchantes mais elles me font quelques fois des réflexions HYPER désagréables. Du genre "Ah mais c'est degueulasse ce truc blanc sur ta joue ! Perce-le, tu ne peux pas sortir avec" Ouahh merci les filles... Tout ça pour te dire que je me force de tout mon coeur rester positive malgré tout ça. Ma mère ne comprend rien mon père n'ont plus. Ils me disent d'arrêter d'en faire une fixette mais c'est juste impossible !

    RépondreSupprimer