Acné : d'où elle vient, et pourquoi j'ai choisi de reprendre Roaccutane

25.1.15


[Précision : ce post fait suite à une série d'articles compilés dans la rubrique "Acné, j'aurai ta peau"]

C'est l'article que je dois écrire depuis des mois. Et il va être long, je vous préviens ! J'ai repoussé ce moment, par flemme, par appréhension de revivre tout ça. Et par crainte de rentrer dans des détails perso sur ma santé. Mais vous avez été plusieurs à me réclamer un post pour faire le point sur mon acné et j'ai envie de vous éclairer sur les causes de ce fléau. J'ai pas mal appris à ce sujet ces derniers mois, et j'ai enfin trouvé d'où venait mon acné. Je pense que ça pourra être utile à quelques un(e)s. Alors allons-y !

Comme vous le savez peut-être, je suis au milieu d'une cure de Roaccutane (ou Curacné). C'est ma troisième (et dernière). Dans cet article, publié il y a un an, je jurais par tous les dieux que je n'aurais plus recours à cette médication. Et pourtant, le désespoir me l'a fait réclamer à genoux. (Bon je dramatise un peu mais franchement, on n'en était pas loin.) Pour ceux ou celles qui ne voient pas du tout de quoi je parle (les chanceux), Roaccutane est un traitement lourd qui guérit l'acné, en théorie de façon définitive (ça ne marche pas toujours, coucou), avec des effets secondaires pénibles et des contraintes, notamment des prises de sang obligatoires : tous les trois mois pour les garçons, et tous les mois pour les filles, avec test de grossesse, car Roaccutane est incompatible avec une gestation.

En juin, j'ai fini par me jeter aux pieds d'une dermato

Flash back. Juillet 2014. A 26 ans, je me coltine une acné dégueulasse à son plus haut niveau. Une acné que je me traîne depuis dix ans et qui revient toujours tel un boomerang en pleine figure, dès que j'arrête les traitements (deux cures de Roaccutane, donc, mais aussi dix ans de Diane 35 et deux ans et demi d'Androcur qui m'ont garanti une peau parfaite mais que j'ai arrêté sur conseil de mon dermato pour "risques sur la fertilité"). Ne voulant plus agresser mon corps, j'ai tout arrêté en septembre 2013, y compris la pilule. J'ai tenté toutes sortes de choses plus naturelles. J'ai vu un homéopathe et une magnétiseuse. Je me suis ruinée en produits. J'ai changé ma routine visage, maquillage. J'ai arrêté de boire du lait. J'ai même avalé 2000 comprimés d'AcnEase qui m'ont coûté une fortune, tout ça pour absolument ZÉRO RÉSULTAT.

 Des photos prises en mai et juin derniers, pour que vous vous fassiez une idée.

Je ne croyais plus dans les dermatologues car j'étais persuadée qu'ils n'auraient rien de nouveau à m'apporter. Mais en juin, j'ai craqué. Tous mes espoirs avaient été anéantis les uns derrière les autres, mon acné empirait et je n'en pouvais plus de voir mon visage comme ça. Je me suis avouée vaincue. Je souffrais moralement et physiquement (oui, ça fait mal, les gros boutons). Alors j'ai pris rendez-vous chez une dermatologue de Périgueux qu'on m'avait recommandée. On m'a calé un rendez-vous un mois et demi plus tard. Mais je n'ai pas tenu tout ce temps : à deux semaines du jour J, j'ai rappelé en larmes, pour qu'on m'avance le rendez-vous parce que c'était très urgent, ai-je dit, parce que je ne "pourrai jamais supporter d'attendre encore quinze jours".

Moi en train d'appeler la dermato sans aucune dignité pour avancer le rendez-vous.

Mon rendez-vous a été avancé au surlendemain. J'ai pris sur moi de manière incroyable pour me rendre au cabinet sans le moindre maquillage, à pied, en rasant les murs. J'avais quand même mis de grosses lunettes de soleil (je dois vous paraître tarée, non ?). Et puis la dermatologue m'a reçue. Je n'avais évidemment pas besoin de dire pourquoi j'étais venue. Elle m'a dit "racontez-moi" et j'ai fondu en larmes. Je lui ai tout expliqué. J'étais vraiment mal et déprimée à cette période, malgré tous les messages positifs que j'ai fait passer sur ce blog, sur la façon de vivre avec son acné, etc. C'était très dur, j'y pensais non stop, je subissais la méchanceté des gens et je devenais paranoïaque, je crois (je ferai un article spécial là-dessus).


La dermato s'est montrée extrêmement sympathique et impliquée. Je me suis tout de suite sentie entre de bonnes mains. Elle m'a examinée, allongée, sous la lumière crue, moi toujours en larmes. Et elle a dit que je ne pouvais pas rester comme ça, que j'étais "défigurée", que j'avais "une acné nodulo-kystique sévère". Ça m'a fait tellement de bien d'entendre ça ! Parce que j'ai compris qu'elle prenait la chose au sérieux. Elle a immédiatement téléphoné à l'hôpital pour me fixer un rendez-vous en urgence avec une endocrinologue, disant que je devais faire des examens pour savoir d'où venait cette maudite acné. Je lui ai demandé si ça pouvait avoir un rapport avec mon alimentation, elle m'a répondu texto : "Non, ne vous mettez pas des idées comme ça dans la tête, vous êtes toute fine, ça ne peut pas venir de là. Mangez ce que vous voulez." Ça m'a déculpabilisée parce que je sais que je n'ai pas fait tous les efforts qu'on m'avait conseillés sur ce plan là. Je n'en avais eu ni l'envie, ni le courage.

Pour que les choses s'arrangent en attendant, ou du moins qu'elles n'empirent plus, elle m'a prescrit un antibiotique, le double de la dose normale. Bien sûr, j'en avais déjà pris par le passé et ça n'avait jamais résolu le problème sur le long terme. Mais j'étais très soulagée.

A nous deux, saleté !

J'ai eu rendez-vous quelques jours plus tard avec l'endocrinologue. Le courant est moins bien passé, elle était plus froide. Elle ne voyait pas d'urgence. Elle m'a tout de même prescrit une batterie d'examens. Mon été a été rythmé par ça et j'ai beaucoup appris sur les causes de l'acné. Attention, je ne suis pas médecin, mais je vais lister ici les causes les plus fréquentes de l'acné telles qu'on me les a présentées (du moins, ce que j'en ai compris) :

o Les hormones. J'ai fait des analyses de sang, pour voir si au niveau hormonal, tout allait bien. J'ai aussi dû pisser pendant vingt-quatre heures dans un énorme bidon orange fluo (discrétion bonjour).

o Les kystes aux ovaires. J'ai fait une échographie des ovaires, car l'acné peut être provoquée par le SOP, syndrôme des ovaires polykystiques. En gros, des kystes sur les ovaires, qui dérèglent tout. Miam miam. Mais tout était normal.

o Un dysfonctionnement des glandes surrénales. Ensuite, j'ai effectué un scanner des glandes surrénales. Sauf qu'on ne voyait rien à cause de "l'absence de graisse intra-abdominale", précisait le bilan (cette petite phrase qui te fait ta journée). J'ai donc dû passer un IRM. C'était la première fois que je faisais un examen de ce type. Mais là encore, rien à signaler.

Tout ça n'a pas servi à rien. Non. Il en est bien ressorti quelque chose, dont je me doutais déjà : mon acné est d'origine hormonale. Il n'y a rien à faire, c'est comme ça. Une sorte de fatalité. Ce sont les analyses de sang qui l'ont montré : mon taux d'androgènes est trop élevé. Les androgènes, ce sont les hormones mâles (graou). Et d'après ce que l'endrocrino m'a expliqué, un trop-plein d'hormones mâles se traduit de deux façons chez les femmes : soit un excès de pilosité, soit l'acné.

Youpi.

Et vous savez quoi ? Le seul et unique traitement existant à ce jour pour régler ce problème... c'est Androcur. Ce médicament, donc, que j'ai pris pendant plus de deux ans ; qui faisait, c'est vrai, des merveilles, et que mon dermato de l'époque m'a conseillé d'arrêter. Retour à la case départ. Aucune autre solution. J'ai posé franchement la question à cette endrocrino pas très chaleureuse : "Si je reprends Androcur, y a-t-il des risques sur la fertilité ?" Elle m'a répondu d'un air embarrassé, hésitant, mais sans ambigüité : "Vous aurez peut-être plus de mal à tomber enceinte, mais maintenant, il y a des traitements qui aident."

Oh shit.

J'ai failli en chialer. Voilà. On prend un traitement pour régler un problème, mais on en cause un autre, qu'on doit régler par d'autres médicaments. C'est le serpent qui se mord la queue. Mais que puis-je faire ? Je ne peux pas vivre avec cette acné qui pourrit la vie, c'est impossible. Alors, avec ma dermato (qui est quand même un peu perdue face à mon cas, mais tellement adorable), on a décidé, ensemble, de faire une troisième cure de Roaccutane (enfin, c'est moi qui la fait, pas elle), pendant six mois, pour nettoyer ma peau en profondeur. En deux mois, l'antibiotique avait fait effet en surface, je n'avais plus beaucoup de boutons, mais toujours des kystes sous la peau. Et puis, on ne peut pas vivre sous antibios ad vitam eternam !

Je termine mon quatrième mois de Roaccutane. Les résultats sont là : je n'ai plus le moindre bouton, ma peau est lisse, j'ai arrêté d'y penser tout le temps. J'ai retrouvé confiance en moi. J'ai toujours des marques très visibles sur les joues et je pense qu'elles resteront. Mais j'ai la sensation de revivre, à un point que vous n'imaginez pas (ou si, peut-être, d'ailleurs).

Je vis très bien cette cure. L'effet secondaire le plus gênant, dans mon cas, ce sont les lèvres très sèches. (Et donc l'impossibilité de porter du rouge à lèvres, grrr, ça, ça me manque.) J'ai démarré à 25 mg par jour, puis je suis passée à 30, puis 40. Je redoute le moment où j'avalerai la dernière gélule. Parce que je ne me fais aucune illusion : au bout de quelques semaines - quelques mois si j'ai de la chance -, les boutons reviendront, puisque l'origine du problème est en moi. Et là, je n'aurai pas d'autre choix que de prendre ce satané Androcur. Mais qui sait... peut-être l'acné ne reviendra-t-elle jamais ? Ce qui m'épate, c'est que j'arrive toujours à dénicher, au fond de moi, une petite dose d'espoir. Vous aussi, j'espère.

Voilà, vous savez tout. Je prévois d'écrire un article sur l'acné et les réactions des gens, pas toujours faciles à vivre, mais aussi sur mes produits chouchous pour bien vivre ce traitement. Surtout, n'hésitez pas à partager vos impressions et vos témoignages dans les commentaires. J'essaie d'y répondre quand j'ai un peu de temps, je n'y arrive pas toujours, mais je les lis tous avec beaucoup d'attention ! J'en profite pour vous remercier pour tous les messages que vous continuez à m'adresser pour prendre de mes nouvelles ou me raconter votre histoire, ça me touche énormément.

Boutonneusement vôtre !

You Might Also Like

47 commentaires

  1. Hello Maéva, je suis très touchée par ton article et je n'ose imaginer comme cela doit être difficile pour toi depuis toutes ces années... C'est dur de voir que tout cela est dû hormones et qu'il n'y a rien à faire, à part suivre un traitement qui n'est pas sans conséquences... Mais comme tu le dis, tu ne peux pas non plus vivre comme ça puisque c'est douloureux physiquement et psychologiquement. Je pense qu'à ta place, je prendrais les traitements, mais c'est facile à dire... En ce qui me concerne, j'ai de petites imperfections au visage (que je vois énormes, bien sûr), qui sont dûes, je pense, au stress car elles vont elles viennent en fonction de ce qui se passe dans ma vie. Je suis passée au naturel car je fais aussi du psoriasis (initialement au niveau du cuir chevelu mais l'été dernier, à la suite de gros problèmes perso, il a gagné le menton et le contour du nez, c'était terrible...) et je ne voulais pas abîmer davantage ma peau qui est très réactive (en plus de bien marquer car très blanche). Ca ne fonctionne pas trop mal mais ce n'est pas parfait non plus, du coup je vire parano comme tu le mentionnais, j'évite de trop m'approcher des gens quand je leur parle et je fais une fixette sur la moindre peau parfaite que je vois :(. Bref, je ne voulais pas raconter ma vie :) mais c'était pour te montrer que je peux comprendre ce que tu vis ! Je te souhaite beaucoup de courage et tiens-nous au courant des avancées ! Bises !

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Meva!

    ça va faire un petit moment que je suis ton blog, je suis tombée un peu par hasard l'an dernier sur Hellocoton, et je me suis rendue compte qu'on venait du même endroit! Je suis originaire de Nontron, à 50km de Périgueux, (je fais maintenant mes études à Paris), et je reconnais certains lieux ou tu shoots tes looks! Et j'adore! Ce petit commentaire servira probablement a rien, mais sache que je t'admire beaucoup de te dévoiler comme ça, avec tes problèmes de peaux, sur un blog! Tu es très courageuse, et je me devais de te le dire! <3

    Amicalement,

    Pauline du blog http://paulinemaroussiap.blogspot.fr//

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Pauline, c'est génial ça ! Pour dire la vérité, je ne suis pas originaire de Périgueux mais de Pau. Je vis à Périgueux depuis deux ans et demi et j'en suis tombée amoureuse, ainsi que de la Dordogne en général ! Périgueux offre beaucoup de lieux de shootings magnifiques. Merci beaucoup pour ton message :)

      Supprimer
  3. J'ai fait 3 cures moi aussi et il est toujours revenu malheureusement, j'espère que pour toi ce ne sera pas le cas... Par contre, je découvre sur ton post les effets néfastes de l'Androcur, qui ne m'a jamais réussi car fait prendre du poids à chaque traitement, et ça fait plus de 15 ans qu'on m'en donne. Heureusement que je ne veux pas d'enfants parce que je pense qu'avec tout ce que j'ai pris je serai foutue!!! Je suis surtout en colère que l'on ne soit pas mieux informée! 10 dermato/ endocrino et aucun n'a jamais évoqué cette éventualité en me prescrivant ce traitement.
    Bon au moins sur moi ça marche avec la combinaison miracle jasminelle/ zinc / 1/4 d'androcur mais j'ai gardé de grosses séquelles avec le curacné. Je n'ai jamais pu remettre de rouge à lèvres, c'est insupportable (ma dernière cure date de plus de 7 ans), ça m'a laissé des séquelles aux articulations (je me sens vieille face à des escaliers)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, moi aussi je trouve ça terrible de découvrir ce genre d'informations presque par hasard... Ça n'inspire pas confiance en les médecins ! Après, je ne sais pas dans quelle mesure Androcur est néfaste pour la fertilité, mais je le tiens de deux médecins différents, sans plus de précision. Sans compter que c'est un sujet d'inquiétude très présent sur les forums internet.
      Oulala, tu me fais peur avec tes séquelles ! :( J'espère que ça ira... Les deux fois précédentes, tout est revenu à la normale pour moi. Contente en tout cas que tu aies trouvé ta formule miracle... La mienne, c'était Androcur + Diane 35 (tiens, tiens, un autre médoc qui a fait parler de lui !).
      Bisous

      Supprimer
  4. Je sais que tout ce que je pourrai dire ne changera rien à ton problème, surtout que je n'ai moi même jamais eu de problèmes d'acné... (mais malgré tout <3). Par contre, j'ai pris Androcur pendant presque quatre ans (mes cheveux qui tombaient par mèches) et j'ai décidé moi-même d'arrêter pour les mêmes raisons que toi (gros coup de stress à cause des risques sur la fertilité etc). J'espère que tu n'auras pas à le reprendre en tout cas, et que ton rgfr45fr6g d'acné ne refera pas surface...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi aussi j'espère, peut-être que cette fois sera la bonne ! C'est la première fois que je fais la cure avec un dosage augmenté progressivement, la dermato a dit que ça réduisait le risque de rechute. On verra ! Ce serait tellement plus simple, car l'idée de reprendre Androcur ne me réjouit pas vraiment. Du coup, quand tu as arrêté, tes cheveux n'ont pas recommencé à tomber ?
      Bise !

      Supprimer
  5. Kikou Mawa,
    Je suis dans le même cas que toi, j'ai commencé ma cure il y a 1 mois déjà, je suis à 25mg et je dois dire que à part les lèvres sèches et la peau ça va je le supporte bien .J'ai rendez vous ce soir chez ma dermato pour augmenter les doses. J'espère que ça sera pour toi la dernière , je te souhaite bon courage.
    Bye Marie Eve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Marie Eve, bienvenue au club ! Tu vas voir, l'effet de sécheresse va augmenter un peu avec le dosage. La meilleure chose que je puisse te conseiller pour les lèvres, c'est l'homéoplasmine. C'est une crème grasse pas hyper glamour, qu'on achète en tube en pharmacie, ça ne coûte pas très cher et c'est bien plus hydratant que tous les baumes à lèvres que j'ai pu essayer. Je le transfère dans un mini-pot, c'est plus pratique. Ou sinon, le meilleur stick que j'ai trouvé, c'est le Mixa intensif anti-déssechement. Pour les mains, je mets de la Dermophil indien, matin et soir. Si j'oublie quelques jours, j'ai une sorte eczéma qui apparaît. Les autres crèmes ne sont pas assez efficaces à mon goût (mais je n'ai pas tout testé). Courage et bonne chance :)

      Supprimer
    2. Ma dermato ne m'a pas augmenté la dose je reste à 25mg et je dois dire que je suis ravie . Pour les lèvres je mets aussi de l'homéoplasmine. Merci Mawa continue comme ça , tu es juste géniale.

      Supprimer
  6. J'étais dans la même situation que toi (deux cures de Roaccutane avec une acné qui revient toujours, Androcur que j'ai bien toléré pendant une période puis qui m'a causé de sévères douleurs aux ovaires donc stop !, cures d'antibio, Diane 35... suivie par des dermato et endocrino) jusqu'au jour où j'ai trouvé une dermatologue spécialisé dans l'esthétique (laser/acné) et qui a su me trouver la parfaite routine pour ma peau : pilule Jasmine et crème Néoliss (10, 15 ou 20, selon le degré d'acné).
    Cela fait maintenant 4 ans que je suis ce protocole et j'ai un ou deux boutons de temps en temps sur le menton et c'est tout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tiens, je n'avais jamais entendu parler de cette crème Néoliss ! Ça peut être intéressant. Et c'est surtout rassurant de voir que tu as pu trouver une solution sans repasser par Androcur. Des douleurs aux ovaires ? Ben mince alors :-/

      Supprimer
  7. J'ai déjà du prendre le Roaccutane 2 fois mais toi 3 fois ! Tu as du courage !!
    J'ai du le prendre une deuxième fois à cause d'un changement de pillule (Leloo censée ne pas donner d'acné...)
    Les deux fois j'ai eu des expériences totalement différentes, la première plus sur le plan physique (boutons partout ! miam !) et la deuxième fois sur au niveau psychologique (perte de mémoire, problèmes de concentration, grosse déprime,...)
    Mais honnêtement je ne regrette absolument pas, maintenant j'ai une peau normale et plus aucuns boutons depuis 2 ans. Pourvu que cela dure ! =s
    Je te souhaite bon courage et j'espère vraiment que ça sera fini pour toi ! :)
    Bisous !

    www.ladyjolie.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Olala, ça a donc fini par marcher pour toi ! J'ai toujours un espoir que cette fois, Roaccutane chasse mon acné pour de bon. La preuve, ça peut arriver même chez des gens qui ont fait plusieurs cures. C'est quand même ballot d'attraper des boutons partout sous Roaccutane ! Moi aussi je remarque des effets légèrement différents sur les trois cures. La deuxième fois j'avais une sécheresse nasale très prononcée (miam miam) et il m'est même arrivée de saigner du nez. Là, par contre, je ressens quelques effets psychologiques mais bon, dur de dire si c'est vraiment dû à ça... Genre plus à fleur de peau, les larmes qui montent vite et des idées déprimantes, surtout le mois dernier. Là ça va mieux.
      Merci en tout cas ! Bisous :)

      Supprimer
  8. Bonjour,
    J'ai été très touché par ton témoignage. J'avais lu auparavant les autres articles où tu évoquais ce sujet.
    Je n'ai pas connu d'acné comme toi, mais je tenais à t'apporter mon témoignage car cela reste lié. J'ai eu un dérèglement hormonal suite à de l'anorexie, entrainant un excès d'androgène. Sauf que pour moi, la conséquence n'a pas été l'acné mais une grosse chute de cheveux et un excès de pilosité. C'est surtout la chute de cheveux qui m'a pourri la vie. Ma dermato m'a également proposé Androcur, mais ayant lu tellement de choses négatives sur ce traitement, j'ai refusé. Mais au bout de 2 ans à tout essayer, j'ai finalement accepté de le prendre. Cela n'a pas du tout réglé mon problème, ça en a même ajouté : peau très sèche, irritabilité excessive ... Au bout d' 1 an 1/2, j'ai tout arrêté et j'ai pris conscience que mon problème venait de mon sous-poids : bien que je m'alimentais mieux, je n'avais pas repris assez de masse grasse pour produire assez d'oestrogènes (qui contrebalancent les hormones mâles). Après cette prise de conscience, j'ai réussi à moins me prendre la tête avec la nourriture et à reprendre quelques kilos. Et sans traitement, l'état de mes cheveux s'est amélioré et mes menstruations sont redevenues régulières. Aucun médecin ne n'avait jamais pris en compte mon trouble alimentaire alors que c'était la source de mon problème !
    Tout ça pour te dire : je trouve que c'est bien de savoir qu'on a un dérèglement hormonal, mais je trouve que les médecins s'arrêtent un peu vite en le traitant simplement sans en chercher la cause profonde. T'ont-ils dit à quoi cela pouvait être dû ?
    Enfin, je ne suis pas médecin mais je trouve que s'il y a un moyen de ne pas prendre de traitement, surtout aussi lourd, c'est toujours bon à prendre.

    Bon courage, j'espère que tu viendras à bout de ton acné.
    Plein de bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce témoignage ! Je suis d'accord avec toi : c'est difficile de savoir le fond du fond... Savoir que c'est dû à un dérèglement, c'est déjà bien, mais le dérèglement, lui, à quoi est-il dû ? Cela dit, toi, tu souffrais de troubles alimentaires. Dans mon cas, je m'alimente correctement et je ne vois pas du tout à quoi cela pourrait être dû :( On ne m'a rien dit de spécial. L'endocrino était pas très bavarde et c'était plus du genre "y a un dérèglement, c'est comme ça". Je suis un peu perdue...
      Gros bisous à toi

      Supprimer
    2. Oui, j'ai remarqué que les médecins n'aiment pas donner d'explications alors que c'est notre santé et qu'on est en droit de savoir. Personnellement j'aime comprendre les choses et ne pas seulement subir une fatalité.
      J'ai compris que tu avais déjà exploré toutes les causes connues de l'acné sans succès. Les hormones sont des petites choses très capricieuses, le stress, le moral joue beaucoup dessus et ça c'est beaucoup plus compliqué maîtriser. Et dans le cas de l'acné (et aussi de l'alopécie !) c'est un cercle vicieux, le problème entraînant du stress, déréglant l'équilibre hormonal, ...Pour ça, le yoga et la danse m'ont beaucoup aidé.
      J'espère vraiment pour toi que le traitement sera la solution.
      Bisous

      Supprimer
  9. Ne prenez surtout pas de l'Androcur : ma mère en a pris des années et cela lui a provoqué des méningiomes : c'est une tumeur bénigne certes, mais l'une avait la taille d'une orange. L'opération, qui a duré 7h30, lui a laissé des séquelles. Je passe les détails, mais ce fut très dur. Elle fait des IRM tous les ans pour vérifier que les autres petits méningiomes qui restent ne grossissent pas.
    A l'époque où elle s'est fait opérer, le chirurgien n'a pas voulu ou su faire le lien avec l'Androcur. Mais depuis, le méningiome est bel et bien recensé dans la notice du médicament comme un effet secondaire possible...
    J'en prenais également mais j'ai arrêté ne voulant pas prendre de risque. Quand les industriels testent leurs medicaments, ils ne le font pas sur dix ans, alors que certains effets secondaires se révèlent sur le très long terme...
    C'est dur l'acné. Je n'en ai qu'un tout petit peu, par contre je connais le problème de pilosité que tu évoquais : ce n'est pas facile à vivre non plus (pas évident de se sentir féminine). Mais tant pis, j'ai choisi ;)
    Bon courage et je souhaite de tout coeur que le Roaccutane va éradiquer pour de bon ton acné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Argh, voici un témoignage pas rassurant du tout ! Si je reprends Androcur, ce sera en connaissance des risques, tout comme je reprendrai Diane 35 s'il le faut. Je me dis que ce genre d'effets secondaires comme celui de ta maman touche un minimum de patients, comme tous ces effets horribles qu'on lit sur toutes les notices de médicaments. Mais bon, je suis d'accord que le risque existe quand même et que c'est pas cool. Je plains ta mère :(
      Mais l'acné à ce niveau-là, c'est tellement dur que je ne le supporterai plus. C'est peut-être idiot mais je ne pourrai pas choisir l'acné. J'ai essayé... mais non.
      Allez, croisons les doigts pour que cette troisième cure soit la bonne ! Et merci beaucoup pour ton témoignage.
      Bisous !

      Supprimer
  10. coucou !
    ne désespère pas!
    j'ai le même parcours que toi
    roaccurane 3fois + diane 35, androcure et tout le toutim.
    sauf que, j'ai 36 ans et deux enfants.
    c'est la deuxième grossesse qui a tout changé! mes cheveux sont devenus frisés ( c'est fou ce que ça gere les hormones ) et mon acné à disparu !
    alors courage, il y a un espoir, ce n'est pas à vie !
    bon maintenant si au bout du 4ème gosse tu en as tjs, ne t'obstine quand même pas ! lol
    pleins de bisou et d'espoir et merci pour ton blog !
    nonuna

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour ou plutôt bonsoir...je te comprends et je sais combien c est difficile de supporter de l acné severe..seuls ceux qui en ont eu peuvent vraiment comprendre, tout comme l obsession des filles a la peau parfaite! Pour te raconter mon histoire concernant curacne : j ai commencé tres jeune(15 ans) et j en ai pris tres tres longtemps jusqu a mes 20 ans! Toujours à petite dose jamais plus de 20mg ce qui m a permis d avoir une peau superbe pendant ces années (malgré les désagréments peau ultra fine et réactive secheresse prise de sang) couple à diane 35. L Anne dernière j ai du changer de pilule pr problèmes veineux et on m a mis sous luteras et la Catastrophe! Mon acné est revenu en force je suis à present couverte de tâches...j ai cesse le luteran après avoir lu la notice et je suis allé voir un dermatologue sur toulouse/ verdict: il me propose de reprendre curacne pot 6 mois...j ai refusé et préfère reprendre une pilule à risque pour moi(jasminelle)...mais il faut reconnaître qu elle est efficace dans mon cas..voilà tout ça pour dire Courage,aimes toi je suis sûre que cela peut être une clé pour aller mieux...Valentinablogmode

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour, alors je remercie le Seigneur de m'avoir guidé vers ton blog, car tu es une perle rare. Ton blog m'a énormément aidé, à reprendre confiance en moi et reprendre goût à la mode (je me disais, qu'avec mon acné, pour quelle raison me ferai je belle? Autant être nature, m'habiller comme une plouc et me fondre dans la masse). Je suis tombée sur ton blog en ayant écrit dans la barre de recherche, acné toute sa vie. Profondément pessimiste, il y a quelque mois, je n'avais aucun espoir sur la guérison de l'acné. Je me faisais à l'idée que c'était incurable. Je regardai, perçai, touchai, grattai, souvent, voir très souvent mon visage. Je pleurai à chaudes larmes dans mon lit en marronnant : Ciel, pourquoi moi ?!

    Bon c'est pathétique parce que je n'ai pas une acné sévère mais résistante. Je me trimbale une peau couverte de micro-kystes (peau granuleuse quoi) et puis des fois... une fois par jour hein à vrai dire, ses coquins ils se font plaisir et se transforme en pustule. Et puis à avoir excorié mon acné, je me retrouve avec plein de trous, plus ou moins gros. A force je mis fait, ça fait partie de moi, de ma vie (zuper).

    Je suis allée deux fois chez le dermatho. Même avec leur bac +10 je n'ai pas forcément confiance au toubib. Doxycycline pendant 6mois à 16ans avec comme crème du cutacnyl. Jasminelle pendant 1ans, nul. Tolexine pendant 3mois à 20ans (âge actuel, demain j'en ai 21 youpi) avec comme crème de la differine prescrit pour 1 ans mais no way. De la couille à bâton toussa!
    A force, je travaille sur mon terrain, je fais confiance à la présence curative qui est en moi, je fais attention à ce que je mange (je n'ai pas arrêtée le pain, ni le fromage, ni les gâteaux, mais faut quand même y aller doucement avec ces aliments de toute façon) Je cuisine (si j'ai envie d'un hamburger, je préfère m'emmerder à le faire, avec le sourire). J'ai encore des boutons, mais ça c'est tellement bien amélioré, au fur et mesure on reprend de la confiance et du poil de la bête.

    Pour finir vive le bio, le naturel, les huiles essentielles, les huiles végétales. Si tu ne connais pas, je te conseille vivement le tégarome et un savon aux 18 plantes Medimix. Magique!

    J'ai racontée ma vie. Désolé pour le pavé. Je tiens à te remercier, grandement, pour tout le bien que ton blog m'aie apporté. Je t'envoie toute ma bonne énergie et tout plein d'amour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, "Anonyme", et merci pour ce témoignage ! :) Je suis vraiment ravie que mon blog ait pu t'aider, tu n'imagines pas à quel point ça me fait du bien de lire ça et de savoir que mes articles ont été utiles. C'est vraiment bien que ta peau se soit améliorée rien qu'en surveillant ta nourriture. Je ne connais pas les produits que tu me conseilles mais ça m'intéresse, je vais tâcher de m'en souvenir. Après ma cure de Roaccutane, j'ai envie de conserver une routine de soins saine. Ne t'excuse pas d'avoir raconté ta vie, c'est aussi à ça que sert ce blog : à échanger sur nos expériences.
      Gros bisous à toi !

      Supprimer
  13. Je compatis à ton calvaire . Je suis passée par la aussi mais j'ai la chance d'avoir une diminution de mon acné avec la pilule. Je pense que la médecine a encore beaucoup de progres à faire en ce qui concerne les problèmes d'acné mais je ne pense pas que ce soit une priorité ( en même temps logiquement c'est censé passer avec l'âge sauf pour des irréductibles gaullois de l'acné comme nous ;-) ). J'ai lui plus bas que tu avais un chéri , je sais que ça ne suffit pas mais, de savoir qu'ils nous aiment même défigurées par l'acné ça réchauffe quand même le coeur. Je t'embrasse et que la force soit avec toi ;-)

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Maéva, j'espère que cette nouvelle cure de Roaccutane va se révéler efficace, tu mérites bien de retrouver une belle peau après tous ces traitements, et je trouve que c'est à juste titre que tu es parfois découragée, mais il faut continuer à te soigner, et tu vas en venir à bout ! Ton blog mode est super, une vraie fashionista (au fait c'est comme ça qu'on dit ? lol ?) !! je te fais de gros bisous :)

    RépondreSupprimer
  15. Merci à toutes pour vos commentaires ! Les mots d'ordre sont : courage, optimisme et surtout humour ! ;) Gros bisous

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Maëva !

    Tout d'abord je voulais te remercier à l'infini pour tous tes articles sur l'acné. Quand on a cette "maladie", on a l'impression d'être seule au monde, quand je marche dans la rue, il est vraiment rare que je vois des filles ou même des garçons avec ce problème-là alors merci encore.

    Ma petite histoire avec l'acné, eh ben ça a commencé vers le collège, poussée de boutons et tout le tralala. Là, on te sort que c'est l'adolescence, qu'en gros tu ne peux rien y faire. Je suis allée voir des dermatos qui m'ont prescrits des crèmes mais ça n'a servi à rien.
    Aujourd'hui j'ai 25 ans et encore une peau de merde. Il y a un moment ça allait, j'avais toujours des boutons mais ce n'était pas choquant. Mais depuis cet hiver, j'ai mon acné qui est revenue à fond et j'en ai marre. Alors oui, j'avoue, je suis quelqu'un de stressée, je touche mes boutons et j'aime bien manger de la malbouffe, surtout les biscuits. Pour moi le repas le plus important de la journée, c'est le goûter haha. Mais mince ! Pourquoi ça m'arrive à moi ?
    J'ai donc pris rdv chez le médecin et j'ai demandé à prendre la pilule, j'ai la Daily Gé (si quelqu'un passe par là et l'a déjà prise), ça fait une semaine que je l'utilise et j'ai des eu gros boutons qui font bien mal. J'espère que c'est le début et qu'après ça va s'arranger car je n'en peux plus.

    Voilà, voilà !

    Bonne journée :-)

    RépondreSupprimer
  17. Bonsoir mawa jane. Pour commencer je te remercie pour cette article qui me donne un peu plus de force.. Je visite souvent ton blog, sa me remonte le moral, j'ai l'impression que tu es ma jumelle...! Je n'y arrive plus moi je sature, j'ai 22 ans j'ai cette maudite acnée depuis 5 ans.. Les moqueries, les regards.. Je n'en peux vraiment plus! Je me demande si un jour ça va partir sa me gache la vie, je n'ai plus confiance en moi. Je n'arrive même pas à regarder quelqu'un dans les yeux j'ai peur qu'il ne regarde que mes boutons.. Je n'arrive pas à me mettre en couple pour cause de me reveiller au prés de lui le matin et qu'il voit une autre personne... Grace au maquillage j'arrive à camoufeler les boutons mais parfois même avec du font de teint tellement ils sont gros sa cache peu.. J'en ai vraiment marre je suis à bout je sais plus quoi faire. Le dermato me donne plusieurs médicament à prendre sa change rien sa empire. Bon après j'ai était qu'une seul fois au dermato de ma vie.. J'ai abandonnée direct j'ai pas vue de résultat le dermato était vraiment pas agréable je n'ai pu voulu y retourner du coup j'ai essayer d'acheter des produits du genre " Neutrogena, savon de Marseille " et puis sa à fait que empirer encore une fois... On ma fortement conseiller " L'eau présieuse " qui n'as rien changer à ma vie non plus.. J'ai encore perdu espoir puis fondu en larme. Et dire que je ne peux pas sortir sans maquillage non plus celà m'est impossible..! Je pense que je vais retourner au dermato et lui demander de faire des examens approfondit comme toi même si j'ai un peu peur de ce qu'il peut me dire mais je ne peux plus continué de vivre comme sa sa me bousille la confiance en moi et plein d'autre choses :'( .. J'espere que tu me répondra et courage à nous toutes contre cette foutu acnée.

    RépondreSupprimer
  18. Je suis ton blog depuis plusieurs mois mais c'est la première fois que je commente ! J'ai moi-même des problèmes d'acné mais pas aussi important que toi, mais sache que je comprends parfaitement ce que tu vis. Et j'ai deux-trois questions/reflexions :
    Est-ce que c'est possible de demander un second avis/un second RDV à/avec un autre endocrino ? Ou tu peux peut-être voir avec ta dermato' si elle peut appeler l'endocrino que tu as vu, histoire qu'elle lui tire les vers du nez pour qu'elles réfléchissent ensemble sur la meilleure prise en charge à te proposer.
    Ensuite quant aux impacts d'Androcur sur la fertilité, est-ce qu'il ne serait pas possible de congeler des ovules (voire des embryons) avant de commencer le traitement ?
    Bref en tout cas je prie pour que cette cure de Roacutane résolve tous tes problèmes !
    Courage =)

    RépondreSupprimer
  19. Bonsoir bonsoir,
    Parcours similaire, comportements semblables, et actuellement cruellement défigurée comme jamais je ne l'avais été auparavant, je ne saurai dire pourquoi exactement ce soir j'ai décidé de prendre le clavier et d'écrire. Sûrement une soirée pire que les autres. Un peu plus fatiguée que d'habitude, et donc encore plus fragile et vulnérable. Sûrement. Bref.
    La raison pour laquelle j'ai de l'acné, c'est que je suis ... intolérante à mes propres hormones (YOU WIN!). Mes analyses sanguines / échographies en tout genre sont parfaites à tous les niveaux, mon hygiène de vie quasi-irréprochable - suppression des produits laitiers, quasiment plus de sucre ajoutés, réduction du gluten) (je ne mentionnerai même pas les produits / soins / cosmétiques utilisés hein), sport régulièrement, poids tout à fait bon. Voilà, c'est juste que mon corps réagit comme un gros connard à mes hormones en produisant de l'acné. Et ce sera comme ça pour toujours sans traitement - merci la vie. Soulagement de savoir enfin de quoi il retourne, et ce qui m'attends. Enfin, je suis une victime de quelque chose d'identifié. Et c'est pas uniquement le stress, comme se plaisait à m’accabler mon ex-gynéco (dans le genre maltraitance elle était assez calée). Mais alors, quelle rage. Quelle injustice. Je ne suis que colère et haine, des autres (tous, et particulièrement la catégorie des gens qui m'aiment et qui veulent absolument que je n'organise pas ma vie en fonction de ça) (coucou les mecs, si je pouvais faire autrement, je le ferai!), et évidemment surtout de moi - parce que je sais bien que la valeur d'une personne ne se mesure pas au nombre de boutons qu'elle a sur la gueule, que je ne me réduit pas à ça, que je suis une personne absolument gé-niale avec un grand avenir blablabla. Bonjour la culpabilité: 25 ans, de jolies études et loin d'être stupide, et pourtant esclave absolue, corps et âme, d'une situation sur laquelle je n'ai aucun contrôlé, et a priori temporaire. On a vu plus héroïco-stoïque, hein?
    J'ai commencé un traitement (à vie?) = œstrogène naturel + 1 comprimé entier d'androcur, en continu (oui, oui, on fait pas les choses à moitié tant qu'à faire). Ça fait un mois, aucune amélioration, voir du pire. Je fais parfois des crises d'angoisse et des insomnies à l'idée que mon acné ne partira jamais. Il y en a tellement, partout. J'ai bien enregistré tous les risques potentiels liés à l'androcur sur la fertilité, mais honnêtement, à quoi bon me soucier du futur quand je n'ai personnellement aucun présent? Je prends le risque. La douleur est trop forte. Je ne sais pas si c'est de la lâcheté, de l'inconscience, de la faiblesse ou si au contraire, il s'agit simplement de reconnaître que l'on a qu'une vie et que le temps perdu ne se rattrape guerre. Jamais. Les heures que je passe à me camoufler sont perdues à jamais. Impitoyable réalité des choses. Or, cela fait 6 mois que ne vis plus mais je rampe. Je m'auto-cloître comme on cloîtrait les lépreux au Moyen-Age. Les gens ont peur des monstres, c'est pour ça. Les gens sont cruels.
    Du coup, j'avais envie de te dire que, putain, surtout ne culpabilise pas de prendre du roaccutane. Je sais que tu craignais / crains un peu les effets - et tu as raison, c'est hyper agressif. Mais voilà, tu es au courant, tu te surveilles, tu es suivie, tu es aimée, et tu t'aimes à nouveau. Alors merde. Il y a un moment où il faut que la souffrance cesse. Je pense que tu as bien fait.
    Ensuite, je voulais juste te dire merci d'avoir partagé ton parcours. Merci, merci, merci.
    Prends soin de toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Anonyme,
      Ton témoignage m'a beaucoup touchée car je suis exactement dans le même cas que toi ... Un acné défigurant qui ne part pas, le visage recouvert d'énormes boutons et de cicatrices et un entourage qui ne comprend pas ma souffrance.
      Je n'ai plus de vie sociale et passe mes week ends cloitrée chez moi.
      Je suis aussi sous androcur, et comme toi, aucune amélioration et même du pire, du gros pire.
      J'ai l'impression que cet enfer ne s'arrêtera jamais, car oui, pour moi c'est un enfer. J'en fais des cauchemars et en pleure toute la journée.
      Cela peut paraitre tellement stupide de se conduire ainsi mais seules les personnes qui vivent cette situation peuvent comprendre.
      J'espère vraiment que cela s'arrangera pour toi en tout cas

      Supprimer
  20. Bonjour toi !

    Je ne vais pas épiloguer, je suis juste ...... En pleine séquence émotion car je te comprends. J'ai certes une peau "plus correcte" (je mets bien des parenthèses) mais après 16ans de lutte conte l'acné, deux cures de Roaccutane, et l'arrêt de Jasmine depuis 1an et demi et bien je sais pertinemment que mon acné est hormonale et que je devrai faire avec toute ma vie. Une troisième cure roacc est juste impossible car les deux cures précédentes m'ont rendu la peau super sensible, limite je rougissais pour rien tout le temps .. Alors certes je n'avais plus d'acné (pendant un moment du moins) mais bonjour les remarques du style "t'es toute rouge !!" [ ... ]
    Bon j'ai dit que je n'épiloguerai pas ... BON COURAGE ! De tout coeur avec toi ! :*

    RépondreSupprimer
  21. Bonsoir Mawa, tu m'as remontée le moral moi qui arrête mon traitement dans 10 jours , j'ai tellement peur que ce cauchemar recommence!
    Pour la petite histoire : jamais d'acné à l'adolescence tout à commencé dans l'année de mes 17 ans ^^ apparition de boutons et de micro kyste j'ai donc consultée un Dermato absolument pas agréable qui juste su me prescrire du rubozinc et Diane en ma disant ça passera et effectivement c'est passé .. mais lorsque diane à était interdite à la vente j'ai été forcée de l'arrêter . J'ai donc pris une autre pilule leelo ( si mes souvenirs sont bons )
    Et la le drame , 20 ans , la peau d'une ado --" je n'y croyais pas . J'ai bien laissée couler pendant une année facile en me disant que ce n'était qu'une passade . malheureusement non , du coup j'ai pris rendez vous chez une autre Dermato absolument génial qui m'a prescrit un antibiotique pendant quasi 1 an quand même , j'ai arrêtée pendant 6 mois impeccable tout rouler plus d'antibiotiques pas de pilule j'étais au top du top !!!
    Et un matin tout est revenu X 10 .. mon corps me criait VENGEANCE probablement!
    La descente aux enfers à debutée j'étais si bien dans ma vie j'avais totalement repris confiance en moi je vivais pleinement ..
    mon Dermato n'en revenait pas ^^
    J'ai consultée mon gynécologue qui m'a fait faire des prises de sang pour contrôler les hormones rien à signaler
    donc j'ai décider à ce moment de commencer curacne en me disant qu'après tout si je n'essaie pas jamais je ne saurais si ça peux marcher .

    donc j'ai commencer curacne accompagné de Diane 35
    il ya 1 mois j'ai arrêtée diane pour prendre minidril et me débarrasser de cette pilule "antiacneïque"
    Et surtout être sur que labsence de boutons soit entièrement dus à curacné .
    et bien je suis à ma dernière plaquette et pour le moment tout roule je prie pour que cela continue même après l'arrêt définitif
    mon Dermato ma prescrit 10 mg encore une boîte pour être sûr ..
    Je rougi énormément pour tout chaleur stress situation embrassente et j'angoisse rien que de penser que cet effet secondaire ne disparaisse pas ..
    Mon histoire est si banal comparee à la tienne mais quel bien de pouvoir raconter mon vécu à des personnes qui savent de quoi je parle !

    Je te souhaite vraiment de guérir une fois pour toute de cette maladie !!! Reste forte tu m'as réellement touchée et encouragée ( rien de penser à une rechute j'en ai des idées noirs )
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello miss ;) (C'est moi Maéva, l'auteure du blog mais pour un souci technique, pas connectée à mon compte Google, d'où le "anonyme".)
      Merci pour ton long témoignage. Déjà, une chose pour te rassurer : ces rougeurs désagréables ne resteront pas. J'ai arrêté le traitement depuis trois semaines et c'en est fini d'avoir la peau toute rouge au moindre contact ou quoi que ce soit. Ouf ! Ma peau reste sans le moindre bouton pour l'instant, et elle n'est pas grasse du tout. Une semaine après l'arrêt du traitement j'ai eu quand même comme des micro-boutons granuleux au niveau des joues, ça ne se voyait pas mais je les sentais avec mes doigts. J'ai appliqué de l'Effaclar duo + deux soirs de suite et ça a disparu, j'ai retrouvé une peau toute lisse ! Du coup, je continue à appliquer cette crème tous les soirs afin de minimiser les risques de rechute. Si des boutons reviennent, je ne veux surtout pas les laisser s'installer mais les mater dès le départ ! Je vais aussi faire plus attention aux produits que je mets sur ma figure, choisir des choses plus saines (sans silicone si possible).
      C'est ta première cure de Curacné, donc avec du bol, ça règlera ton problème pour de bon ! Je te le souhaite tellement... Mais si ce fléau revient, n'hésite pas à revenir par ici pour qu'on en parle. Contente de t'avoir aidée à te sentir mieux, un peu :) Gros bisous

      Supprimer
  22. Hey !
    Je sors de 10 ans d'acné (en partie sévère et inflammatoire) après 6 mois de roaccutane, que j'ai terminé depuis un mois et demi. J'ai fais un témoignage sur mon blog mais je me rend compte qu'il n'est pas si complet que ça car j'ai très peu parlé de la partie morale.

    J'ai eut de l'acné pour la première fois à 10 ans. Elle était légère, mais très dérangeante car personne n'en avait autour de moi et en plus j'avais droit à des moqueries.
    Au collège, ça a été pire. Non seulement personne n'avait d'acné, mais en plus c'est la période de ma vie où j'ai eut le plus de moqueries à ce sujet. Ce qui fait qu'à cause de toutes ces moqueries, mon acné légère était à mes yeux une acné apocalyptique qui me dévorait le visage, tout ça à cause de quelques abrutis consanguins. J'ai alors consulté un dermatologue qui m'a prescrit en tout trois traitement différents en un an, mais aucun d'eux n'as marché jusqu'à ce que je me rende compte que tout ce qui l'intéressait, c'était de faire tourner le lobby pharmaceutique. En 3eme j'ai rencontré mon copain et cela à eut beaucoup d'impact sur mon moral. A l'époque j'avais le combo appareil dentaire + acné légère à moyenne (trop sex) et mon copain m'as dit que ça ne l'avait pas empêché de tomber amoureux de moi et que c'était loin d'être la première chose qu'il avait vu chez moi. Du coup j'ai commencé à positiver et mentalement j'allais beaucoup mieux.

    Au lycée je n'avais pas de problèmes de moqueries mais mon acné me gênait quand même. A 16 ans je commençait à en avoir marre d'avoir tout le temps de l'acné. J'ai changé de dermato, et j'ai bien fait parce que celui que j'ai maintenant est très bien. Je faisais une cure de Tetralysal tous les 6 mois pendant environ 2 ans, mon acné était stable et ne me gênait pas.

    Ensuite je suis allée en prépa. Mon copain m'a suggéré de passer à l'implant contraceptif, ce que j'ai fais, mais je ne l'ai gardé que 9 mois parce que j'ai eut pleins d'effets secondaires dont ... une méga poussée d'acné kystique et inflammatoire. Je me suis retrouvée avec pleins de kystes et de boutons blancs autour de la bouche, sur le menton et sur la mâchoire. Non seulement c'était très moche, mais en plus c'était très douloureux et gênant au point où j'ai raconté à mes potes que j'avais une sorte d'inflammation grave et contagieuse par le contact pour ne pas avoir à leur faire la bise tellement j'étais gênée. Évidemment je n'embrassait plus mon copain, même si lui s'en moquait que j'ai de l'acné ou non (le même depuis que je suis au collège ^^)

    Je me suis fait retirer mon implant pour revenir à une pilule légère. J'ai suivi à nouveau un traitement au tetralysal pendant 6 mois mais ça n'as rien changé. J'ai alors commencé à me renseigner sur le roaccutane et je me suis vraiment dit que c'était la solution.
    Je suis rentrée à la fac après ma prépa, et je suis retournée chez mon dermatologue. La première chose que je lui ai dit c'est :" S'il vous plaît, dites moi que je suis bonne pour le roaccutane !" Et quand il m'as dit oui j'ai fais un grand sourire béât parait-il (j'étais avec ma mère et elle me l'a raconté ^^).
    Le traitement a été super dur, j'ai eut énormément d'effets secondaires importants.

    Aujourd'hui je n'ai plus du tout de boutons ! Et j'espère que ça va durer :)

    Quand tu dis que tu as rappelé ton dermatologue en larme, ça a dû être très dur et je comprend parfaitement ce que tu as pu ressentir. Et franchement le coup de te prescrire Androcur sans t'informer des risques c'était vraiment inconscient de la part de ta dermatologue.

    Courage, on va la buter cette satané acné !
    Des bisous


    RépondreSupprimer
  23. Bonjour !
    Je serai curieuse de savoir quelle dermartho tu as été voir à Perigueux ? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son nom commence par M et finit par R, il contient cinq lettres. Voilà ! :)

      Supprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  25. Salut Maeva,
    Ton article m'a beaucoup touchée car je subis le même problème que toi depuis de nombreuses années.
    Après avoir tout essayé (Roaccutane,antibios, crème, pillules...) la seule chose qui avait réussi à venir à bout de cette maudite acné était Androcure. Peau de rêve pendant 5 ans ! Et puis comme toi, la peur de ne pas pouvoir tomber enceinte facilement et l'envie de détoxifier mon organisme ont fait que j'ai arrêté il y a bientôt 2 ans. Et là, la cata ! chaque matin je me réveille en me demandant quel horrible bouton aura fait surface durant la nuit et chaque matin c'est la même déprime en me regardant dans le miroir. Je trouve ça tellement injuste, moi qui aime me pomponner, qui ai une hygiène irréprochable... Mais pourquoi ça tombe sur moi? Et puis ça joue tellement sur la confiance en soi, on se sent dégueu, négligée... Sortir sans fond de teint me semble impossible (même si j'ai quand même réussi à le faire ce matin pour aller voir ma dermato, victoire!). Je commence à me demander si comme toi, je ne vais pas refaire une cure de Roaccutane après ma grossesse (eh oui je suis enceinte de 2 mois et bien entendu je ne peux rien prendre actuellement donc obligée de prendre mon mal en patience!). En tout cas, ça fait plaisir de voir qu'on est pas seule dans ce cas et que malgré tout, ce n'est pas l'acné qui fait qu'on est jolie ou pas. Il faut apprendre à voir ce qui est bien chez nous : nos yeux, nos cheveux, une jolie taille, de belles dents.... et se focaliser là-dessus. En tout cas, je suis bien décidée à ce que l'acné ne guide plus mon moral ! Je te souhaite du courage. Bien à toi, Clém.

    RépondreSupprimer
  26. Salut maeva ! Je suis de tout coeur avec toi et j espère que les effets de ton traitement vont durer
    J ai presque 40 ans et suis passée comme toi par toutes les crèmes et traitements possibles. Mais cela revient à chaque fois. Le dermatologue ne jure que par roaccutane mais ça me file eczéma,bouche sèche et j épargne les autres détails. L an dernier j ai fait petit peeling et séances laser qui ont vraiment amélioré le rendu depuis je mets menemoy 8 % et ça va mieux dans l ensemble. Depuis 3 ans env et après 2 enfants l acne descend un peu dans le cou. C est moche et gênant même si la crème à fait du mieux. Je refuse de reprendre la pilule et des hormones car j'avais pris la pilule et dès que j'arretais les boutons revenaient. Quand aux hormones avec tous les effets néfastes j'aimerais autant trouver une solution qui serait plus soft. J'ai entendu parler de la lumière bleue par led. j'attends le nom de l'appareil qu utilise une connaissance. C est peut-être a priori un peu contraignant avec 10 minutes d'utilisation par jour sur les zones en question mais il parait que c'est très efficace et surtout ça n'attaque pas l'organisme il n'y a pas d'effets secondaires donc affaire à suivre dans quelques mois dès que j'aurai trouvé cet appreil et testé. J ai regardé le prix,il faut compter env 150e,mais quand on voit le prix qu'on met dans les crèmes. ... alors voilou affaire à suivre et courage à toutes!!!

    RépondreSupprimer
  27. Salut maeva ! Je suis de tout coeur avec toi et j espère que les effets de ton traitement vont durer
    J ai presque 40 ans et suis passée comme toi par toutes les crèmes et traitements possibles. Mais cela revient à chaque fois. Le dermatologue ne jure que par roaccutane mais ça me file eczéma,bouche sèche et j épargne les autres détails. L an dernier j ai fait petit peeling et séances laser qui ont vraiment amélioré le rendu depuis je mets menemoy 8 % et ça va mieux dans l ensemble. Depuis 3 ans env et après 2 enfants l acne descend un peu dans le cou. C est moche et gênant même si la crème à fait du mieux. Je refuse de reprendre la pilule et des hormones car j'avais pris la pilule et dès que j'arretais les boutons revenaient. Quand aux hormones avec tous les effets néfastes j'aimerais autant trouver une solution qui serait plus soft. J'ai entendu parler de la lumière bleue par led. j'attends le nom de l'appareil qu utilise une connaissance. C est peut-être a priori un peu contraignant avec 10 minutes d'utilisation par jour sur les zones en question mais il parait que c'est très efficace et surtout ça n'attaque pas l'organisme il n'y a pas d'effets secondaires donc affaire à suivre dans quelques mois dès que j'aurai trouvé cet appreil et testé. J ai regardé le prix,il faut compter env 150e,mais quand on voit le prix qu'on met dans les crèmes. ... alors voilou affaire à suivre et courage à toutes!!!

    RépondreSupprimer
  28. Bonsoir Maeva,
    Je compatis à ta douleur. J'ai un peu moins de boutons que toi en nombre, mais ils sont du même style. J'ai tout essayé sauf Roaccutane et j'hésite vraiment en lisant ton témoignage et les commentaires de certaines. Combien de temps ont duré tes premières cures de Roaccutane ? Vu les effets secondaires de ce traitement, j'hésite vraiment à prendre le risque, même si comme toi je suis déprimée par mon acné et je me dégoûte. J'essaie de l'oublier quand je suis face aux gens, mais dès que je me vois dans un miroir j'ai envie de vomir, alors j'imagine la réactions des autres. J'ai pris Androcur pendant plus de 15 ans et on ne m'a jamais dit pour les problèmes de fertilité. Comme de toute façon j'ai le syndrome des ovaires polykystiques, peu de risque que ma fertilité soit au top. Le plus dingue c'est qu'on ne m'a jamais envoyé voir un endocrino.
    As-tu eu des effets secondaires après l'arrêt du traitement par Curacné ? Ton acné a-t-il retrouvé son niveau d'avant le traitement ? Comment se passe ton troisième traitement ?
    Bon courage en tout cas. Garde espoir. Et pour les cicatrices, j'ai une amie qui en avait d'énormes et qui s'est fait faire une sorte de ponçage en anesthésie générale et maintenant elle a la peau presque nette (franchement il n'y a qu'elle pour voir quelques traces).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Soizpic, merci pour ton message. Très franchement, j'ai fait trois cures de Roaccutane de six mois chacune, et je n'en suis pas morte, bien au contraire, j'ai revécu à chaque fois ! En ce qui me concerne, le principal effet secondaire était la sécheresse de la peau, et ça se gère très bien avec des produits adaptés. Il y a aussi la contrainte de la prise de sang tous les mois pour vérifier que l'on est pas enceinte, qui demande un peu d'organisation. L'avantage de Roaccutane est sont efficacité immédiate, et qu'il nous laisse avec une très belle peau à la fin. Si un dermatologue te le propose, je te suggère d'essayer, ce n'est vraiment pas si terrible que ça et le bénéfice est immense ! Les effets secondaires ont toujours stoppé à l'arrêt du traitement.

      Cela fait aujourd'hui neuf mois que j'ai terminé ma dernière cure et globalement, tout va bien. Ces deux dernières semaines, j'ai eu simultanément 2-3 boutons qui m'inquiètent un peu, mais encore rien de catastrophique. Je suis quand même sur mes gardes car ça ne m'étonnerait pas que, comme les fois précédentes, mon acné revienne. En attendant la cure m'a permis de retrouver une peau saine (hormis de nombreuses cicatrices mais je fais avec) et de me débarrasser très vite de mon acné sévère, un vrai soulagement.

      Enfin, le "ponçage" dont tu parles pour supprimer les cicatrices, je sais effectivement que ça existe mais j'ai préféré ne pas le subir car cela me paraissait assez lourd et un pu effrayant, pour un résultat pas garanti à 100 %. Je me suis dit que finalement, mes cicatrices ne me gênaient pas vraiment et qu'elles faisaient partie de moi et de mon histoire.

      La bise

      Supprimer
  29. Bonjour,

    je n'ai pas un long témoignage à faire, mais je tenais à laisser un commentaire car les témoignages sur l'acné kystiques ne sont pas nombreux et d'avoir lu ton histoire permet de se sentir moins seule et surtout il m'évitera de perdre mon temps. En effet, depuis 12 ans (j'ai 27 ans aujourd'hui) j'ai une acné kystique. Entre mes 17 ans et 21 ans j'ai pris la pilule (diane 35 puis jasminelle) et je n'en avais plus, je me sentais bien, pas besoin de se maquiller le matin. Puis j'ai développé des fibromes, j'avais des risques de phlébites alors j'ai arrêté la pilule et là l'acné kystique s'est repointée, toujours pire, kystes plus gros, qui durent des semaines, laissent des marques pendant des mois. Phase de déprime je ne voulais plus sortir de chez moi. La découverte de maquillage bien camouflant m'a permis de sortir à nouveau mais l'été, sortir par 30 degrés avec des couches de fond de teint et poudre sur la tronche c'est dur et ça n'aide pas la peau. J n'ai eu que du péroxyde de benzole mais franchement c'est pas foufou et il ne faut pas en mettre l'été. Le soir je me démaquille sous la douche pour éviter le miroir. Le matin je croise mon visage démaquillé dans le miroir et je suis abattue. Alors bref, tout ça pour dire qu'en 2016 les dermatologues n'arrivent pas à venir à bout de cette maladie de peau ça me rend dingue. Comment peut-on faire pour qu'ils se penchent davantage sur la question?? Même les dermatologues à dépassement d'honoraires se content de prescrire les mêmes crèmes et traitements depuis des années sans jamais proposer d'analyses complémentaires (à moins de le voir pour la 4ème fois et de montrer son désespoir comme tu l'as fait et tu as bien eu raison). Car notre seule solution serait bien là : que les dermatologues arrêtent de torcher les consultations sur l'acnée et cherche vraiment à donner des résultats. Alors pour toutes celles qui sont concernées, la prochaine fois que vous allez chez le dermato et qu'il vous propose un traitement bateau sans réel diagnostic des causes n'hésitez pas à expliquer votre quotidien, vos difficultés en société, vos dépenses astronomiques dans les produits miracles, vos régimes inutiles, etc. comme l'a fait Mawa Jane!

    RépondreSupprimer
  30. Salut Maéva,

    Merci pour ce super article qui m'a redonné espoir. Je me retrouve totalement dans tout ce que tu racontes et cela fait vraiment du bien de savoir qu'on est pas la seule à vivre exactement ce calvaire.

    J'ai aujourd'hui 29 ans et j'ai subit deux cures de roacutanes dans ma vie. Elles ont bien marché à chaque fois. Mais aujourd'hui le cauchemar de mon existence revient pour une troisième édition. Encore discret pour le moment, mais dans quelques mois il sera probablement à nouveau bien installé et bien douloureux sur mon visage. Alors entre deux crises de larmes, dix sachets de mouchoirs et une nuit blanche d'anxiété, j'ai tapé "troisième cure de roacutane" (ouais direct, on repense au SEUL traitement qui a été efficace) et je suis tombée sur ton blog. Lumière révélatrice.

    Du coup, cela ma fait prendre conscience aussi que passer par la case endocrinologue ne sera peut-être pas inutile car je n'ai malheureusement pas eu de réponses satisfaisantes avec d'autres spécialistes (gyneco et dermato) sur l'origine de mon problème. Même si cela ne résoudra pas les boutons, juste savoir d'où ça vient PRECISEMENT, c'est déjà un peu un soulagement.

    Merci encore pour ton témoignage, et bonne continuation dans ta lutte contre ce fléau.



    RépondreSupprimer
  31. Bonsoir Maeva,

    Tu en as passé des épreuves.... depuis mes 13 ans j'ai de l'acné, j'ai aujourd'hui 24 ans. Je n'en peux plus. Peux tu me dire où tu en es avec ton acné actuellement ?

    Merci beaucoup

    Deborah

    RépondreSupprimer
  32. De même que Deborah, Je souhaiterais savoir où tu en es maintenant de ton acné. Car personnellement j'en suis déjà à ma deuxième cure a 22 ans

    RépondreSupprimer